5 raisons pourquoi j’aime vivre à Paris plutôt qu’à Montréal

Brasserie Le Nesle à Paris

Pourquoi s’installer ici alors que tout le monde veut partir chez vous ?

C’est une réaction que m’offrent fréquemment les Français lorsque je leur révèle que j’ai quitté Montréal il y a cinq ans pour vivre à Paris. Au début j’étais gênée par cette question manichéenne à laquelle il est difficile de répondre en ne froissant aucune sensibilité nationale.

À contrepieds du déclinisme français, je réponds maintenant en citant l’une des cinq raisons qui me font aimer la vie à Paris.

 

1. Paris me permet un mode de vie ultra-urbain

Je déteste marcher de longues distances pour mes besoins quotidiens et encore plus l’utilisation régulière d’une voiture. À Montréal, même dans des quartiers centraux, il est difficile de vivre  sans voiture parce que la ville a été pensée (c’est un bien grand mot pour l’urbanisme défaillant dont la ville est victime depuis des temps immémoriaux) en délimitant fortement les zones commerciales des zones résidentielles. Parfois, il y a des endroits ardus à franchir pour un piéton comme les voies de chemin de fer, de larges boulevards où il y a peu de passages piétons, des friches désertes, des tunnels sans éclairage… bref des lieux peu rassurants.

Par contraste, il possible en deux petites heures de traverser Paris à pieds et il y a de nombreux commerces de proximité dans tous les secteurs de la ville. On a choisi de s’installer dans un quartier résidentiel à cinq minutes de métro de l’épicentre urbain (Beaubourg/Châtelet) et je trouve tous les magasins dont j’ai besoin au quotidien à moins de 500 mètres de notre appartement. Une mobilité qui fait qu’on sort souvent en semaine sans devoir s’inquiéter des transports et de l’heure à laquelle nous allons renter.

 

2. Culture foisonnante et des spectacles plus accessibles

Je ne sors jamais en boîte de nuit pour moi une belle soirée c’est plutôt d’aller au resto où assister à un opéra, une pièce de théâtre, un spectacle de danse… L’offre culturelle à Paris et pléthorique et on trouve des billets pour toutes les bourses. En comparaison, à Montréal la culture est de moins en moins subventionnée et les prix d’un siège de théâtre tourne plutôt autour de 100 $ en première catégorie. Du coup, j’hésitais plus longuement avant de réserver, attendant souvent des critiques positives avant de m’engager, et je pouvais me permettre moins de sorties par année. En contrepartie, il y a plus de festivals extérieurs gratuits avec des artistes de qualité à Montréal.

A Paris, on se permet environ un spectacle par mois parce que les tarifs sont plus abordables. C’est un aspect de ma vie ici que j’apprécie beaucoup.

 

3. Vade retro satané bus

J’ai grandi dans l’est de Montréal — là où le métro ne se rend pas — et prendre l’autobus est quelque chose que j’ai appris à détester. Dix ans plus tard, je me souviens toujours d’une soirée d’hiver où il faisait très froid et que j’ai attendu sur un coin de rue 45 minutes avec mes dix sacs d’épicerie alors qu’un léger blizzard commençait à tomber. Un autobus avait été supprimé et le deuxième avait beaucoup de retard. Je suis finalement rentrée congelée chez mes parents ! Et que dire des soirs où je terminais l’université à 22 h 45 et quand j’arrivais en bout de ligne vers 23 h 45, je devais patienter pour attraper le prochain bus à 0 h 30 ? Été comme hiver, les agents de la STM verrouillaient les bâtiments du métro à la fin du service à 0 h.

Dès que j’ai emménagé dans mon premier appartement, je l’ai choisi collé sur une bouche de métro. Malgré cela, il est difficile d’éviter complètement le bus parce que les quatre lignes de métro sont loin de couvrir toute l’île. Ainsi, impossible d’échapper à l’attente et les bus inévitablement supprimés pour diverses raisons.

À Paris, même s’il y a des bus, je les évite comme la peste car ils sont loin d’être nécessaires à mes déplacements.

Paris-1

 

4. L’Europe est la banlieue de Paris

Partir pour un court week-end hors de Montréal, c’est choisir entre rester au Canada ou aller aux États-Unis. Si on opte pour des lieux se trouvant à trois heures ou moins de la ville, on demeure dans des climats et des cultures ressemblantes. Je ne crache pas sur une visite de la veille ville à Québec, une fin de semaine en Outaouais ou de faire du camping au Parc de la Mauricie, mais aussi plaisantes que ces activités puissent être, elles ne donnent pas l’impression de voyage et de découverte.

J’apprécie vraiment le fait de pouvoir travailler toute la journée à Paris et m’endormir à Pise, Madrid ou Liverpool et le temps d’un week-end entendre une autre langue, manger différemment et découvrir une culture différente. En plus, ces petits séjours sont loin de briser mon porte-monnaie grâce aux compagnies d’avion lowcost.

 

5. La vie parisienne est confortable

Peut-être que c’est parce que je me contente de peu, mais je trouve que je vis bien même si j’ai des revenus dans la moyenne. C’est sûr que je pourrais gagner en confort en gagnant plus d’argent mais quand j’y réfléchis, je manque de rien.

À Montréal les prix ont augmenté de façon surprenante depuis 2008, tant au niveau de l’épicerie que de l’immobilier. Je ne suis pas certaine qu’avec les mêmes revenus j’aurais une vie aussi confortable. Une chose qui aide d’autant plus à se sentir à l’aise c’est le filet social assuré par la Sécurité Sociale, les contrats de travail stables, le chômage et  la retraite garantie par l’état même pour les salariés du Privé. Ainsi, j’ai la conviction que même si je rencontre un gros problème à un moment de ma vie, je ne risque pas de tout perdre.

Batiments Paris

Mots-clefs
, ,

48 Commentaires

  • ça fait du bien de lire un avis positif sur Paris, même si je déteste cette ville !!!! J’ai également vécu plusieurs années à l’étranger et franchement en France on est bien 🙂

  • Je comprend tes points de vues, surtout les deux derniers, même si, bon j’aime pas Paris, & je ne souhaite pas non plus vivre tout ma vie en France 🙂

    • C’est normal d’avoir envie d’élargir ses horizons, même si je me plais à Paris je ne suis pas certaine qu’on y restera toute notre vie!

  • Really interesting… and similar to many of the reason why we chose Paris over Montreal when it came to picking one over the other.
    1. If you’re not an overly nature-y person, what is there outside of Montreal that isn’t the US and even then, it’s not like the border is littered with fascinating cities.
    2. Being from Toronto, I understand EXACTLY what it’s like living in a city with areas completely inaccessible by public transport where walking 25 minutes in freezing temperatures or crippling heat is quite common. I would argue that the TTC in both subway and bus form is probably less reliable than the Montreal Metro. When you’re someone who likes to walk in cities, cities like Montreal and Toronto with massive wastelands, as you appropriately described, can be downright depressing.
    3. As with most other cities, living in Montreal starts to become about the following economic question: am I willing to live in Montreal, even if it means living in an area/type of apartment/boring environment just to save money?

    I wonder if you got before and after leaving Montreal from Montrealers, the questions I got from Torontonians about why I’d ever leave the city.

    • I’ve heard that the metro is Toronto is very expensive and not efficient but I’ve never been there so I can’t really say.

      As far as the neighbourhoods go, I live in the same kind of rundown area in Paris as I did in Montreal: drugs, gangs and prostitution are a daily occurence in Belleville. I guess that the biggest difference is that nicer areas are much closer and I can walk to bobo/hipster streets whereas in Montreal I was stuck in my neighbourhood.

      I’m rather surprised that Torontonians could not understand why you wanted elsewhere since alot of them were born outside of Canada and are aware that there is a life outside of North America ! Most Montrealers either don’t care or are curious about life in Paris.

  • C’est super intéressant de lire ainsi ton ressenti! Et même si je suis d’accord avec toi sur certains de tes arguments, je préfère toujours ma vie à Montréal qu’à Paris, mais je pense que c’est aussi très personnel. Je vais essayer de pondre un petit article sur mon blog pour te donner mon avis. 🙂

  • Je trouve que ce sont d’excellentes raisons, malgré que je sois en campagne maintenant, après 8 ans en ville avec la gare, le métro à portée de main: je ne suis pas isolée et j’ai accès à 3 services de transport en commun quasiment à ma porte.

    Je suis fière de vivre sans voiture depuis bientôt 2 ans: chose impossible où je vivais au Québec.

    J’aurais bien du mal à me réhabituer à la vie Nord-Américaine. On doit être faites toutes les deux pour l’Europe finalement 😀

  • Salut,

    Je suis expat en Californie dans la Silicon Valley (je suis française) et j’ai le meme ressenti que toi, c’est pour ça que je serais contente de revenir en France (pas forcément Paris, Lyon m’irait tres bien) meme si la vie en Californie est très sympa aussi!
    Les gens ont aussi beaucoup de mal à comprendre que je ne suis pas en total amour avec la Californie, ça fait rêver tout le monde en France, mais…généralement ils connaissent que le mythe pas la vie quotidienne normale, tous ces petits trucs que tu cites sont importants aussi!
    Je rajouterai à ta liste : pouvoir faire un ptit resto sympa à deux pas de chez soi 🙂

    A+
    Karine

    • Tu as raison pour les restos !

      Perso, qu’est-ce qui me stresserais trop aux Etats-Unis c’est le fait de pouvoir se trouver facilement dans une grande précarité sociale.

  • Tiens, ton blogue ne se rend plus dans mon blogroll. Le dernier billet que j’y ai vu date d’août/septembre, je crois.

    Il va bien falloir un jour que je me réconcilie avec Paris.

    • Oui, j’ai remarqué ça sur ton blog mais aussi ailleurs. J’ai essayé d’investiguer mais je ne trouve pas la cause de ce problème. Tu peux peut-être essayer en changeant l’adresse RSS pour https://www.boeingbleudemer.com/feed/ .

      Si un jour tu as le temps quand tu es à Paris, tu viendras nous voir: on te fera voir les bons côtés!

  • Très intéressant de lire ton point de vue sur la vie parisienne. J’avoue que ce qui me manque le plus en vivant à Montréal, c’est effectivement la possibilité de changer de pays (langue, culture, bouffe, paysage) en 2h d’avion, alors qu’il faut en faire des heures de voyage en Amérique du nord pour être dépaysé! En revanche, en choisissant de vivre dans un quartier très animé et proche d’un métro et pas loin du centre-ville, je peux tout faire à pied / vélo ou métro même si j’hallucine encore sur le fonctionnement « tout voiture » à Montréal,mode de pensée qui date d’il y a 20 ans en France! Mais le mode de vie plus relax, ça fait toute la différence pour moi 🙂

    • C’est sûr que sur le mode de vie plus relax, c’est Montréal qui gagne. Je pense que la faible densité aide la ville à ne pas donner de sentiment étouffant comme on peut avoir à Paris.

  • Je te suis sur tout sauf au niveau du coût de la vie. J’ai toujours trouvé Paris (et la plupart des grandes villes en France) plus chères que les grandes villes au Canada. Évidemment, je ne vis pas à Montréal et les prix (ainsi que les impôts) sont plus élevés là-bas…

    • C’est sûr qu’il y a certaines choses qui sont plus chères à commencer par le logement. Par contre il y a des choses que je trouve plus abordable comme les voyages grâce aux Low costs, l’équipement de plein air, les restaurants ont un meilleur rapport qualité prix. Je pense que pour les impôts c’est à peu près égal entre le Québec et la France pour un employé quand on fait un bilan global.

  • Merci pour ce joli billet ! Tu rends bien hommage à Paris et à la France, et j’ai appris des choses sur Montréal que je connaissais pas : quel dommage qu’il n’y ait pas de commerces de proximité !

    • Merci, je vais imprimer ton commentaire et le mettre dans mon dossier de demande de nationalité 😉

      Les commerces de proximité ont tendance à mourrir à Montréal, on privilégie les hypermarchés où il y a du stationnement :/

  • Je n’ai jamais vraiment vécu en ville, la campagne c’est mon petit paradis ^^ mais tout avoir a proximité ça doit être le top… 🙂

  • Parisienne de naissance, je ne peux qu’approuver ton billet ! Surtout depuis que j’ai testé la vie dans d’autres métropoles ! Par contre c’est drôle car je ne m’étais jamais posée la question du 5 (j’ai beau vivre à l’étranger, j’ai un coussin de sécurité en France qui m’attend). Au contraire, j’en avais marre de ne pas être capable de louer plus grand qu’un studio alors que j’étais en couple avec un bon boulot. En quittant la France, on a multiplié par 10 notre niveau de vie, mais c’est sûr qu’on a aussi perdu la chance de se lever tous les matins au dessus des toits parisiens 🙂

    Sinon, je te conseille vivement de surmonter ton aversion contre les bus : à Paris, les bus sont aussi bordéliques (mais pas plus que le métro), mais pour certains trajets, c’est souvent bien plus pratique et agréable que le métro. Et surtout, rien ne vaut ces balades le nez contre la vitre à admirer la ville. Essaye juste une fois le 27 entre Luxembourg et Opéra au lever du soleil, tu comprendras !!

    • Je ne suis pas opposée aux bus à Paris dans le sens où la fréquence est bien plus élevée qu’à Montréal. J’ai essayé quelques fois et le problème c’est qu’ils sont souvent bondés et tellement plus lents que le métro. Après c’est vrai qu’il y a de très beaux trajets dont une ligne entre le Louvre et Montparnasse qui sillonne les rue des Saint-Germain-des-Près.

  • L’europe est la banlieue de Paris. Tellement vrai 🙂
    Même si à MTL on peut aller un peu partout au Canada et aux USA, ici on voyage rapidement dans des cultures très différentes 🙂

  • C’est surprenant de constater que Paris offre autant d’avantages. Et c’est vrai. En France, on est choyé et bercé par des avantages confortables.
    Mais maintenant que tu as découvert Paris, essaie de t’aventurer hors ses murs, tu découvriras de chouettes coins en banlieue, qui offrent les mêmes avantages et un meilleur cadre de vie !

    • Pour le moment ça ne convient pas à notre mode de vie parce qu’on sort pas mal la semaine mais on y viendra certainement si ça vient à changer et aussi du moment où je n’aurai plus à me soucier de mes papiers d’immigrée vs. telle ou telle préfecture.

  • Très intéressant ton article, c’est vrai qu’on voit souvent les avantages de vivre au Canada (paysages magnifiques, sympathie des gens) et beaucoup moins ceux de vivre à Paris qui malgré tout est une super ville.

  • On n’est pas si mal ici on dirait 😉 Je ne connais pas Montréal du coup merci pour la comparaison. C’est toujours intéressant de voir sa ville à travers les yeux d’une expat !

  • Aussi étrange que cela puisse paraître, quand j’habitais à Toronto, chaque fois que je faisait la connaissance d’une nouvelle personne, leur première question (ou deuxième, ex-aequo avec: Are you French from France or French from Montréal?) était toujours: « mais qu’est-ce qu’il t’a pris de venir t’installer ici et quitter Paris? »
    Tout est une question de perspective… 😀

  • Je peux comprendre parfaitement ton point de vue. J’ai habité la banlieue parisienne est je n’y retournerai pour rien au monde, mais par contre je vais certainement d’ici l’année prochaine devenir Parisienne Intra muros et j’en suis ravie. J’aime cette ville même si je peux comprendre que certains étouffe dans Paris. D’ici on voit Montréal comme une véritable chance et évasion mais la vision n’est certainement pas la même lorsque l’on y est née 🙂 En tout cas j’ai beaucoup aimé lire ton article ! Des bisous

  • J’aime beaucoup ton article. Je ne suis jamais allée à Montréal mais on a tendance à idéaliser cette ville ces derniers temps et avoir ton point de vue par rapport à Paris c’est enrichissant. Je vis à Paris et j’ai tendance à dire que c’est une ville « village » 😉

  • Voilà 5 raisons et des explications, qui font un peu contrepoids face à l’armée de détracteurs de la vie à Paris en général. Je ne suis pas parisienne, mais comme tout le monde j’entends beaucoup de discours idéalistes sur « ailleurs », et misérabilistes sur « ici ».
    Je trouve très intéressant que tu présentes ces 5 raisons en détails, avec une argumentation qui tient la route. Tu peux en parler très légitimement puisque tu connais les deux systèmes.
    Je ne peux en faire autant car je ne connais le Canada qu’en vacances, mais je te rejoins complètement quand tu parles du « filet social ». Je suis toujours assez horrifiée de la « violence » du système Nord-américain, qui laisse de côté beaucoup de monde, sans sécurité, sans garde-fou …

  • J’ai décidé de quitter l’Italie, même si c’est un pays que j’adore toujours, pour les mêmes raisons.
    J’ajoute se balader dans Paris c’est un peu comme faire le tour du monde: tout change à chaque sortie du métro.

  • Parisienne d’adoption, je suis contente de lire un article qui montre les bons côtés de la capitale et qui tord un peu le coup à tous les clichés qu’on peut se faire… Combien de fois j’entends ou je lis des mauvais commentaires au sujet de Paris, qui ne sont pas toujours justifiés selon moi.

    Dans la liste des arguments pro-Paris, j’ajouterais que les Parisiens ne sont pas si désagréables que ça… Tout dépend dans quel milieu on évolue, moi j’ai fait des très bonnes rencontres qui ont vraiment étoffé le champs de mes possibilités aussi bien amicales que professionnelles.
    Après, pour le côté désagréable des Parisiens, c’est vrai qu’il faut si possible éviter le métro aux heures de pointe !

    Par contre si un jour j’en ai l’occasion, j’avoue que le Canada me tente bien, pas pour y vivre, mais pour visiter !

  • J’adore Paris, j’aurai bien du mal à la quitter définitivement (même si en ce moment je vis à Calgary… pour la découverte !). Il y a tellement de Paris-bashing (parmi les parisiens, les banlieusards, les Français et les étrangers, tout le monde en fait) que ton article est une véritable bouffée d’air frais, merci !

  • Merci pour cet article interessant et sans vernis. Je ne m’étais pas rendue compte que ce n’était pas si aisé d’être « dépaysé » de Montréal pour un week-end. Pour les sorties culturelles à Paris pense au Kiosque si tu ne connais pas déjà c’est très avantageux. Oh, pour le bus tout dépend des lignes et des horaires c’est quand même agréable pour contempler la ville et parfois bien plus pratique que le métro.

    Parisienne aimant Paris inconditionnellement, j’ai eu l’occasion d’aller souvent au Canada et la tentation fut grande de sauter le pas pour une expatriation (Toronto, une ville et une région géniales l’été au demeurant). Ces 10 dernières années le Canada est présenté comme l’Eldorado pour les français, l’assurance d’une vie meilleure tandis que l’Europe est présentée comme se mourant (vaste débat), or, lorsque l’on se penche attentivement sur la question eh bien le Canada versus La France et plus particulièrement Montréal versus Paris n’est pas si évident. Finalement j’ai fait le choix de rester car à moins de partir dans d’excellentes conditions cela aurait bien moins rose que présenté dans les reportages sur les français au Canada. Enfin, ce sont deux magnifiques pays dont on peut être chanceux de les connaître.

    Je te souhaite de belles découvertes à Paris et en Europe. 🙂

  • Je suis d’accord avec tous les arguments et raisons de vivre à Paris plutôt qu’à Montréal que tu as énoncés dans ton article, car j’ai justement les mêmes arguments que toi dans ma tête! Je suis étudiant en Urbanisme à Montréal, toute ma famille est à Paris ou en banlieue parisienne, et mon projet futur est à 100% d’aller m’installer pour de bon en France (pas forcément Paris, peut-être en banlieue parisienne) et ce, pour toutes les raisons que tu as mentionnées, mais surtout à cause de la diversité culturelle et artistique, ainsi que de la proximité des pays voisins, car j’adoooore VOYAGER!

  • Bonjour Cynthia
    Je viens de tomber sur ton blog et ça tombe bien, car j’arrive d’un tour du monde et j’ai habiter et travailler dans les 3 derniers mois de mon tour du monde et je suis tomber littéralement en amour avec Paris. Je viens de la rive-nord de Montréal et je cherche juste à partir vers Paris. Peux- tu me faire part de conseil, car pour le permis de travail il faut avoir une promesse d’ambauche D’un employeur. Mon métier est éducateur spécialisé et ils en demandent pleins à Paris. Mais difficile de trouver un employeur. J’aimerais avoir ton aide, tes conseils, toi comment as-tu fait ? Ca va me donner une idée. Merci! Beaucoup 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *