Week-end à Liverpool

Pour notre séjour dans la ville des Beatles on a eu un superbe soleil de mai. Du coup, on a eu plus envie de profiter de l’extérieur que de s’enfermer dans les musées. On a visité la ville à notre rythme en ne manquant pas de s’arrêter aux divers bars et bars à popsicles (glaces) qui ponctuaient notre route.

Ceci est un récit non chronologique de notre week-end à Liverpool.

Albert Docks à Liverpool

Samedi, reposés après une bonne nuit de sommeil dans le lit moelleux de l’hôtel Indigo, nous avons souhaité poursuivre notre exploration jusqu’au Albert Dock classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Construits en 1846, ces entrepôts permettaient de décharger directement les bateaux et ils avaient comme avantage d’être ininflammables, car entièrement construits de brique, de pierre et de fonte (les grosses colonnes orange sont 100 % fonte!). Victimes de leur succès et de celui des navires à vapeur, ils ont été progressivement abandonnés.

D’ailleurs, la ville entière a subi une diminution d’activité due au déclin industriel et à un ralentissement économique durant la deuxième moitié du 20e siècle.

Petit-déjeunner anglais

Dans les années 1980, les docks ont été rénovés afin de leur donner leur fonction actuelle de lieux de loisir et d’habitation. C’est devenu la première destination touristique de Liverpool où l’on peut trouver des musées (Tate Modern, Maritime Museum, Beatles’ story) ainsi que des restaurants et des boîtes de nuit.

D’ailleurs depuis les années 1990 et plus fortement depuis l’an 2000, dans un effort de revitalisation de la ville plusieurs bâtiments ont été restaurés.

Le musée Tate Modern à Liverpool

On a fait un petit tour au Tate Modern. Le musée est soigné et explique la signification de chacune des œuvres, mais j’ai trouvé l’organisation générale un peu brouillonne. Comble de la malchance pour nous, deux étages sur quatre étaient fermés.

Yellow duckmarine à Liverpool

Après une journée passée à parcourir la ville de long en large, on est montés à bord du Yellow Duckmarine, un véhicule amphibie offrant un tour guidé dans la ville et sur l’eau (£ 9.95/personne). Ça nous arrangeait bien parce que nous étions fatigués de marcher, mais on n’a rien découvert de nouveau. Il y avait bien les commentaires qui étaient intéressants et rigolos, mais c’était difficile de bien les entendre à cause du bruit du véhicule datant de la Deuxième Guerre mondiale et à cause du guide qui avait le fameux accent scouse.

Week-end à Liverpool

L’accent des liverpudliens est charmant, mais peut facilement vous donner l’impression de ne jamais avoir entendu un mot d’anglais de votre vie. Liverpool de par son passé portuaire est devenue rapidement une ville multiculturelle et aussi un melting-pot d’accents. Si vous avez l’honneur qu’on s’adresse à vous dans le dialecte Scouse, vous reconnaîtrez certainement des notes chantantes irlandaises ou écossaises. Sachez d’ailleurs qu’on ne dit pas Thank you, mais Tak comme au Danemark pour remercier quelqu’un.

Grande roue de Liverpool

La grande roue derrière les docks me faisait de l’œil, mais à 9.50 £ par personne pour une quinzaine de minutes, on a trouvé ça un peu cher et on a tourné nos talons.

Maisons anglaises à Liverpool

On a plutôt marché vers la gigantesque cathédrale de Liverpool en essayant tant bien que mal de s’habituer aux voitures qui circulent à gauche. Je vous avoue que j’ai eu quelques crises cardiaques du genre : « Oh my God, elle laisse son fils de 13 ans conduire! » Ce qui était faux bien sûr.

Tourisme à Liverpool

La cathédrale anglicane de Liverpool est la plus grande de tout le Royaume-Uni et la 5e plus grandes au monde. Ses airs de vieille pierre sont trompeurs, elle n’a été achevée qu’en 1978.

Cathédrale de Liverpool
Cathédrale anglicane de Liverpool

On est bien servis en églises à Paris, mais j’ai trouvé celle-ci très impressionnante de par son gigantisme et son style néo-gothique.

Liverpool-4351

Grâce à un système d’ascenseurs, on peut monter au sommet de la tour de la cathédrale (100 m). Si vous n’avez pas trop le vertige, vous pourrez admirer les cloches qui sont les plus hautes et les plus pesantes du monde.

Vue sur Liverpool

Si vous réussissez à ne pas vous envoler avec le vent, une superbe vue sur 360° s’ouvrira à vous. Un sympathique employé de la cathédrale était là pour répondre à toutes nos questions et aussi pour prendre une photo de Monsieur P. et moi.

Metropolitan Cathedral de Liverpool

On s’est aussi arrêtés à la cathédrale Ovni, la Metropolitan Cathedral. Cette église catholique a eu toutes les peines du monde à arriver à sa complétion. Des projets ont été proposés en 1853, 1933, et 1953, mais aucun n’a été retenu, notamment pour des raisons financières. La population irlandaise qui fréquentait cette paroisse n’était pas des plus riches.

Metropolitan Cathedral de Liverpool

L’église achevée en 1968 a été inspirée des nouveaux concepts d’ouverture et de modernité amenés par le concile Vatican II. L’esthétique du bâtiment est loin de faire l’unanimité, mais on peut s’entendre que l’architecture a, au moins, le mérite d’être originale.

Quartier chinois de Liverpool

On est loin d’avoir tout visité à Liverpool, pas parce qu’il n’y a rien à voir, mais parce qu’on a pris le parti de la détente. En plus, le temps ensoleillé et chaud était idéal pour flâner dans les rues et sur les terrasses. Ça fait du bien de déambuler dans une ville où il y a de la place et une quantité raisonnable de touristes!

Plage de Crosby, près de Liverpool

Pour bien profiter du soleil, nous avons pris le train jusqu’à Crosby. Nous sommes tombés sur une jolie plage de sable donnant sur la mer d’Irlande.

J’étais très surprise de voir des gens à l’eau en cette fin de mois de mai. En fait, ce n’était pas des gens, mais des statues d’hommes nus face à la mer. L’œuvre, Another Place, d’Antony Gormley est constituée d’une centaine de statues identiques en fer forgé. J’ai trouvé ça très poétique.

Another Place, d’Antony Gormley

Dans le train, nous avions remarqué que de nombreuses femmes s’étaient coiffées et maquillées pour aller à la plage.

C’est dû au fait que la baignade n’est pas conseillée, voire interdite sur cette plage. L’eau n’est pas aussi froide qu’on pourrait le penser, mais il y a beaucoup de boue et de forts courants. De toute façon avec tous les navires commerciaux qui y passent, je ne donne pas cher de la qualité de l’eau.

Sefton Coastal path

On a pris le soleil en déambulant le long de la plage en sable fin et on est tombés sur le Sefton Coastal path, un sentier sillonnant des dunes végétalisées. Un grand moment de calme et de repos où le vent souffle moins fort.

Liverpool One

Sinon on en a profité pour remplir nos valises dans les boutiques de la rue Whitechapel et au Liverpool One. On a aussi bien profité de la terrasse de cet immense centre commercial où il y a des spectacles de musique gratuits et des bars pour se poser.

Billy Fury in Liverpool

Ce week-end duquel on n’attendait pas grand-chose a été un succès. L’ambiance de la ville collait bien à notre désir de détente urbaine loin des hordes de touristes.

Quelque part, j’ai trouvé que cette ville ressemble à Montréal avec son centre ancien-mais-pas-trop et ses banlieues. On y retrouve une certaine joie de vivre qui fait qu’on peut profiter sans s’inquiéter.

Un week-end à Liverpool

  1. Première nuit à Liverpool
  2. Week-end à Liverpool
  3. Liverpool pratique

L’album Flickr consacré à Liverpool

33 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *