Un week-end à Pise

Un week-end à Pise: Santa Maria della Spina
L'Église de Santa Maria della Spina au bord de l'Arno

Samedi cinq heures trente, je regrettais presque d’avoir acheté des billets d’avion pour passer un week-end à Pise. Depuis toute petite, je rêvais de monter dans sa célèbre tour penchée. Par contre, je m’inquiétais à l’idée de passer un week-end entier dans cette ville qui n’occupe qu’une ou deux pages dans les guides ou les blogues voyage.

Un week-end à Pise: café Keith

Aussitôt mon avion ayant atterri, je me suis convaincue de donner une chance à cette petite ville de Toscane. Arrivée avant l’ouverture des commerces et de l’office de tourisme, j’ai dû me trouver un endroit où attendre. C’est au café Keith, devant la murale Tuttomondo de Keith Haring que j’ai pris mon petit déjeuner avec un expresso serré. Alors que Paris était toujours plongée dans son sommeil, j’ai découvert une ville vivante où des amis prenaient le café avant de commencer la journée et où les passants s’interpellaient par leurs prénoms.

Un week-end à Pise: arcades du Borgo Stretto
Un week-end à Pise: fleuve Arno
Un week-end à Pise: vélos dans une ruelle

Mieux réveillée j’ai commencé à explorer la ville, après avoir récupéré une précieuse carte à l’office de tourisme de Pise. J’ai remonté la rue commerçante de Corso Italia, les boutiques n’avaient pas encore levé leurs volets et pourtant les passants et les cyclistes défilaient sur les pavés. M’enfonçant toujours vers la vieille ville, j’ai traversé le fleuve de l’Arno, le fleuve qui coule aussi à Florence, pour découvrir les arcades médiévales du Borgo Stretto.

Un week-end à Pise: ville ancienne
Un week-end à Pise: oranges

Un week-end à Pise: Ahh, l’Italie

Façades aux couleurs d’agrumes, jolis vélos posés au détour d’un passage, monuments du Risorgimento, tout ça saupoudré de juste ce qu’il faut décadence et de saleté, c’est là que réside tout le charme de Pise. Le week-end que j’y ai passé était en basse saison (février) et j’ai été surprise de voir combien le centre-ville historique était vivant même sans touristes. Difficile de l’expliquer, mais les Italiens possèdent un savoir-vivre tout en douceur. Ils prennent le temps de bien vivre sans se presser, mais sans non plus donner l’impression d’une indolente lenteur. De plus, les gens à qui j’ai eu affaire tant sur les lieux touristiques ont été d’une amabilité sans faille.

Un week-end à Pise: paysage italien

Une partie des rues sont exclusivement piétonnes. Même les routes ouvertes à la circulation étaient plus fréquentées par les cyclistes que les voitures. Pise est une ville où il est agréable de se balader. La ville est relativement petite, et bien qu’il y ait des bus, j’ai préféré marcher. La seule exception fut pour le trajet de 15 minutes entre la gare et l’aéroport Galileo Galilei. J’ai utilisé pour celui-ci la navette pour seulement 1 €20 (achetez vos tickets aller-retour dès votre arrivée).

Un week-end à Pise: Tour de Pise
Un week-end à Pise: visite de la tour de Pise

Étape obligée: la Tour de Pise

La petite Montréalaise que j’étais a été atterrée en 1990 quand la tour de Pise a été fermée au public. J’avais une fascination pour la tour penchée de Saint-Léonard (maintenant démolie) et je comptais bien visiter la vraie. Même si le tarif de 18 € pour la visiter est assez élevé, j’y suis allée. Après tout, peut-être que je n’aurais pas de deuxième chance de gravir ses escaliers de marbre.

Vers 11 h, les bus de voyageurs n’étaient pas encore arrivés. J’ai pu entrer dans la tour sans attendre, après avoir déposé mon sac à dos dans un casier (obligatoire et gratuit). Mes premiers pas à l’intérieur de la tour n’étaient pas très assurés. Le sol y est très incliné. C’est une impression qui perdure dans les escaliers où l’on est attiré par l’un ou l’autre des murs, dépendant si l’on se trouve du côté penché ou non.

Un week-end à Pise: Duomo
Un week-end à Pise: cimetière monumental
Un week-end à Pise: Camposanto monumentale

La place des Miracles, site UNESCO

Comme il n’y avait peu de monde, je suis restée au sommet aussi longtemps que je le souhaitais. J’y ai admiré la ville encerclée par ses remparts du 12e siècle et les montagnes des Apennins au loin. Avant d’attaquer les quatre musées del Campo dei Miracoli (baptistère, Duomo, cimetière monumental, musée du sinople), j’ai marché quelques minutes pour rejoindre la pannaniera L’Ostellino que j’avais repérée sur la route. J’ai bien fait de faire cette pause, car la visite des musées s’est révélée intéressante, mais longue et fatigante.

Un week-end à Pise: Manger à l'Ostellino

Une fois ma visite terminée, je me suis dirigée vers le Relais Dell’Orologio pour y faire une sieste. L’hôtel est le seul cinq étoiles du centre-ville. J’y ai reçu un service affable et prévenant, mais il aurait besoin d’être rafraîchi. Pour le prix que j’ai payé sur Hotwire, les prestations étaient tout à fait raisonnables. Par contre, si vous payez le prix régulier pour votre week-end à Pise vous risquez d’être déçus.

Un week-end à Pise: rues italiennes
Un week-end à Pise: Relais Dell'Orologio

Pise est aussi une ville moderne

Requinquée, j’avais envie de voir l’exposition sur Andy Warhol au Pallazzo Blu. J’avais de la chance car cette exposition avait été prolongée à cause de son grand succès. J’ai été surprise par une queue digne de Paris qui traversait toute la place et allait s’enrouler autour d’une église. On oublie facilement que Pise est aussi une ville universitaire qui accueille près de 60 000 étudiants par année. La foule était mixte, mais majoritairement italophone. Il s’y dégageait une ambiance électrique qui donnait l’impression de se trouver dans un vernissage en présence de l’artiste.

Un week-end à Pise: Scuola Normale Superiore

Suivant les recommandations de Trip Advisor, je suis ensuite allée manger à la Tana. En plus du service désagréable, les plats n’étaient pas très bons. Peut-être à cause de mes grimaces en mangeant, l’on ne m’a pas fait payer la totalité de mon repas. Je crois que ce restaurant est conseillé parce qu’il n’est pas cher, mais je le ne conseille pas du tout !

Un week-end à Pise: ruelles italiennes
Un week-end à Pise: voyage en Italie

Alors ce week-end à Pise ?

Alors que je craignais me retrouver dans une ville noyée par le tourisme de masse, j’ai découvert une jolie petite ville de Toscane où il y a beaucoup plus à faire qu’il n’y paraît. Limitée par la brièveté de mon séjour (samedi matin à dimanche en soirée), je suis loin d’y avoir tout vu. Je n’ai même pas réussi à trouver assez d’énergie pour me balader la nuit à travers les ruelles et les rues du centre. Bref, une jolie destination pour les Parisiens en manque d’évasion, car les billets Easyjet sont très abordables (70 €).

Un week-end à Pise: art italien

Adresses

HôtelRelais Dell’Orologio ***** – Via Uguccione della Faggiola, 12-14, 56126 Pisa

MangerL’Ostellino– Sandwich et plateaux avec des produits régionaux frais – Piazza Cavallotti, 1, 56126 Pise

Café – Keith Art Shop Cafe’Via Riccardo Zandonai, 4, 56125 Pise

Shopping – Vous trouverez toutes les marques italiennes sur le Corso Italia. Si vous voyagez sans bagage, faites vos achats à l’aéroport dans la boutique de maroquinerie ou dans l’épicerie fine (tous vos achats seront autorisés à bord de l’avion).

24 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *