Instants de février ’14

J’ai débuté mon mois de février en Italie. Depuis toute petite je rêvais de gravir les marches de la tour de Pise et j’ai sauté sur une promotion EasyJet pour enfin le réaliser. Comme j’en parlais sur l’un de mes billets sur Rome, j’ai décidé de ne plus attendre pour faire ce dont j’ai envie parce que le risque d’attendre trop longtemps est trop grand.

Je trouve ça tellement triste de rencontrer des gens qui ont des rêves parfois assez simples mais qui n’ont jamais pris le temps de les réaliser. Un peu comme ma grand-maman qui a toujours rêvé de voir Paris mais qui maintenant n’a plus la santé pour le faire.

766b8ea8959e11e3b9251256f5abc793_8

 

1660660_391940934283356_1806401076_n

Sans aucune transition, c’est assez impressionnant la vitesse à laquelle Paris sort de la noirceur de l’hiver. Dès le début du mois la luminosité était toujours au rendez-vous à la sortie du bureau et elle se prolonge de quelques minutes à chaque jour. Bientôt, je pourrai retrouver l’immense plaisir du haut de mon sixième étage d’assister au coucher du soleil sur les toits de Paris.

1742498_742678692423519_1057914652_n

 

Nous avons pris notre premier brunch ce mois-ci. Les brunchs parisiens sont assez étranges car il sont assez chers (+/- 35€ par personne) et ils sont souvent à base de charcuteries, fromages et saumon fumé … des choses dont je ne mange pas.

En se baladant dans notre quartier on a finalement trouvé L’Autre Café qui sert un brunch savoureux (Viennoiseries, tartines, café, plat et dessert) pour 18€ par personne. On y a passé un dimanche matin tout en douceur avec Akira qui a pu étendre ses pattes sur le joli sol en mosaïque ancienne.

L’Autre Café – 62, rue Jean-Pierre Timbaud (métro Parmentier), brunch jusqu’à 16 heures le dimanche

1739350_544401385655030_1418951181_n

1739787_246116892232682_1703695187_n

Février est un mois très court et pourtant j’ai réussi à voir un record de spectacles vivants. J’ai vu Roméo et Juliette au Théâtre de la Porte Saint-Martin grâce à des billets gagnés chez la Parisienne du Nord et le Chorégraphe Dave Saint-Pierre au Théâtre de la Ville.

Autant j’adore le théâtre, autant j’ai beaucoup de difficulté à écrire des critiques sur ce que je vois. Je crois que je me mets beaucoup de pression pour être à la hauteur de ce que j’ai vu et je fini par ne rien écrire. Je vais me forcer pour écrire sur ces deux spectacles cette semaine!

a2b364869d7811e391b41276bce0956a_8 (1)

 

Suite à l’achat d’un Fitbit qui me motive à faire au moins 10 000 pas par jours,  je rentre maintenant du travail à pieds. Paris étant une ville assez petite, je n’ai que quatre kilomètres entre mon travail et mon appartement. Ça aide beaucoup à se détendre après une journée au boulot et ça me permet de découvrir plein de boutiques et restaurants dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence car j’ai plutôt tendance à rester toujours dans les mêmes quartiers.

1971324_397403237070700_316464654_n

J’ai profité du dernier jour de février pour assister à une pièce de théâtre à la Comédie Française. C’est la première fois que je me rendais dans ce lieu illustre et j’étais très heureuse de pouvoir y réaliser le rêve d’y voir le grand classique qu’est Andromaque de Racine.

Bien que la salle Richelieu ait été détruite en 1900 par un incendie, elle est richement décorée et j’ai bien aimé découvrir la chaise sur laquelle Molière s’est assis une dernière fois pendant la représentation du Malade Imaginaire.

2 Commentaires

  • Nous on est encore dans l’hiver, on n’en est pas sortis pantoute! Ça n’en fini plus et je ne peux pas trop me plaindre étant donné que je suis pas mal partie au soleil.

    Très sympa tes clichés d’Italie. Je crois comme toi qu’il faut prendre le temps de réaliser ses rêves, surtout quand ils sont accessibles!

Répondre à Cynthia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *