Une famille pigeon sur mon balcon

Nid de pigeons sur mon balcon

En rentrant du travail le 14 juin dernier, j’ai été surprise par le comportement de deux pigeons qui, malgré ma présence, s’obstinaient à rester dans mon pot de tomates posé sur mon balcon. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’on a découvert un, puis deux œufs. La nature étant tellement rare à Paris, j’ai supplié Pedro de garder le nid.

Pigeon Parisien couvrant ses oeufs

 

Pendant 15 jours, les parents se sont relevés pour couver leur progéniture, tellement décidés de mener leur tâche à bien qu’on pouvait les approcher et même les toucher. J’ai été surprise d’apprendre que chez les pigeons un couple reste ensemble toute leur vie et qu’ils se partagent les tâches de couver et de nourrir leurs oisillons au lait de jabot.

Le premier poussin est né le 29 juin
Le premier poussin est né le 29 juin

Deux poussins pigeon à un jour

Suivi le lendemain du deuxième. J’aurais pensé que les deux oisillons auraient fait leur vie chacun de leur côté, mais en vérité ils jouaient ensemble et se blottissaient souvent l’un contre l’autre, même lorsqu’ils n’avaient plus besoin d’être couvés.

Bébé pigeons à cinq jours
À cinq jours

Aussitôt mis au monde, ils se sont mis à grandir à une vitesse folle : dès le troisième jour, ils avaient triplé leur poids de naissance. À certains moments, il y avait une nette différence entre leur apparence du matin et du soir. Ils ont grandi si vite qu’on aurait pu les voir changer sous nos yeux si nous avions eu le temps de les regarder toute la journée.

Pigeonneaux à six jours
Pigeonneaux à six jours

À partir de la ponte des œufs jusqu’à deux semaines avant le départ des oisillons, la famille pigeon était d’une propreté exemplaire. On a même observé les oisillons sortir leurs croupions de sous leur parent pour faire leurs besoins à l’extérieur du nid, et ce dès les premiers jours.

Contrairement aux idées reçues, les pigeons ne transportent pas plus de maladies que les autres oiseaux (moins que la perruche domestique!) et bien qu’ils soient souvent porteurs de puces, elles ne sont pas transmissibles aux humains.

Bébés pigeons âgés de huit jours
Bébés pigeons âgés de huit jours

Curieuse d’en savoir plus sur mes « nouveaux animaux de compagnie », j’ai fait quelques recherches sur internet. J’y ai appris que la plupart des pigeons d’Europe sont d’origine domestique, mais ont été massivement relâchés quand leur viande a cessé d’être au goût du jour et que leurs services de messagers sont devenus désuets. Ces oiseaux aiment nicher sur les façades des immeubles, car à la base ce sont des oiseaux qui peuplaient les falaises. Ils ont une telle capacité d’adaptation que ces animaux du désert ont su s’adapter à tous les environnements, même aux hivers montréalais.

Bébés pigeons à 12 jours
Douze jours

Même si je nourrissais un peu les parents avec un mélange de graines (je sais, c’est mal, mais les graines étaient bio) 😉 ils restaient sauvages, assez méfiants envers nous. Les bébés ne se sont pas habitués à ma présence ce qui de toute façon les a mieux préparés à leur vie parisienne.

Akira en bon chien d’appartement, bien nourri, n’a pas porté attention à la famille pigeon. Il ne les a regardés qu’une seule fois 15 jours après leur naissance et comme l’un des bébés était assez pugnace (celui de droite surtout) il n’a pas osé s’en approcher.

Nid de pigeons sur mon balcon
Dix-sept jours

Les couples de pigeons pondent 7 à 8 couvées par année, mais le taux de mortalité au nid est élevé. En moyenne, un seul oisillon par année survit. Pour limiter les naissances, la ville de Paris a installé des pigeonniers contraceptifs

Jeunes pigeons 30 jours après leur éclosion
Mes jeunes pigeons 30 jours après leur éclosion

Dès que leurs plumes se sont bien développées, ils ont commencé l’entraînement pour voler. C’est à ce moment qu’ils ont quitté le nid pour laisser des fientes partout sur notre balcon et aux alentours.

Jeunes pigeons prêts pour leur départ du nids
Prêts pour leur départ du nid, c’est le dernier jour où j’ai vu mes bébés.

Même si j’ai bien aimé observer la famille pigeon, j’étais contente qu’ils partent parce qu’avec toutes leurs fientes, on ne pouvait plus profiter du balcon et j’avais peur que mon choix de laisser les pigeons grandir indispose mes voisins. Ç’a tout de même été une belle expérience qui m’a permis d’apprendre plus sur ces oiseaux que l’on côtoie sans connaître.

À notre retour de vacances, nous avons été confrontés à un nouveau nid dont nous nous sommes débarrassés même si je l’ai fait avec beaucoup de peine. Pour éviter qu’un autre couple se réinstalle, nous avons déposé des pots à l’envers sur la terre de nos fleurs. J’espère que ça sera assez dissuasif pour qu’aucune autre famille de pigeonneaux ne s’installe chez nous.

Mots-clefs
, ,

18 Commentaires

  • Bon, il faut avouer quand même qu’un « poussin » pigeon, c’est laid comme tout :))) Mais l’expérience a dû être émouvante, de les voir naître et grandir. Ca ouvre aussi les yeux de voir la nature à l’ouvrage; ça nettoie certains préjugés qu’on peut avoir. Superbes photos en tout cas !

  • C’est vrai que c’est laid, un bébé pigeon, mais c’est attendrissant de voir leur évolution de la naissance à leur envol. Maintenant, je me demande comment font les parents écureuils à Montréal. 🙂

    • J’aimerais vraiment voir des bébés écureuils aussi!! Un écureuil avait d’ailleurs commencé à faire son nid dans notre balcon il y a 2 ans…mais on a tout de suite bouché le trou.
      En tout cas, c’est impressionnant de voir l’évolution des pigeonneaux, surtout au niveau de leurs plumes!

  • Sympa de les avoirs laissé grandir et de nous le montré
    j’avais jamais vue de bébé pigeons, et tout ceux que je croise sont estropiés d’une patte du coup ça fait plaisir d’en voir en bon état.
    Je te comprend de pas avoir envie d’en avoir d’autres^^
    moi j’ai pas de balcon du coup je suis tranquille pas de fientes de pigeons.

  • Moi, je les trouvais mignons bébés, mais quand ils grandissaient je les trouvais sinistres, je ne sais pas pourquoi. J’avoue ne pas beaucoup aimer les pigeons. Mais c’est un billet fort instructif et ça me réconcilie un peu avec ces bêtes.

  • tu as eu de la chance malgré tout, c’est vraiment rare de suivre l’évolution d’une « portée » d’oiseaux, et tes clichés sont vraiment chouettes..
    bonne journée

  • Une belle initiative (j’en connais qui en auraient fait une omelette… Les parisiens ne sont pas spécialement fanas des pigeons, en général…). Je ne savais pas que la ville de Paris avait mis en place des pigeonniers contraceptifs pour tenter de réguler la population…

  • Ohhhh… je vis exactement la même chose! Un jour, je me suis levée et il y avait un oeuf dans mon pot de fleur directement sur mon balcon de condo lavallois. Aujourd’hui, mes pigeonneaux ont 30 jours et ils s’amusent à se promener ici et là. Ma chatte Simone a fait connaissance avec les parents et les bébés à de nombreuses reprises et elle est très gentille. Au bout de 3 semaines, le nid était beaucoup trop petit et nous avons pris le risque de le remplacer par une boîte plus grande, remplie de terre et de brindilles que nous avons soigneusement concoctés et nous en avons profité pour tout nettoyer. Résultat : la petite famille pouvait maintenant se retrouver tous les 4 au même moment dans le nid. Il s’agit d’une belle expérience mais je vais éviter que ça se reproduise. Tout comme toi Cynthia, j’ai très hâte de nettoyer les fientes et de profiter de mon « set » de patio car depuis une semaine, c’est « ouf ».

  • Bonjour !
    Quel b eau reportage de la naissance des bébés pigeons sur votre balcon.
    En rentrant d’Espagne dimanche 24 Avril 2016, nous avons eu la surprise
    d’avoir sous la table du balcon , un nid, avec 2 oeufs de pigeons. Nous l’avons
    gardé et attendons la naissance des petits pour faire du nettoyage sur notre
    balcon avec quelques appréhensions quant à leurs comportements?

    • Notre famille pigeon a été super cool jusqu’à ce que les petits sortent du nid, après les grands bébés ont pas mal sali avec leurs fientes. Ils n’ont pas eu peur de nous ni du chien mais il faut leur laisser un espace vital. En tout cas bonne chance avec votre petite famille pigeon 🙂

  • Quelle histoire!!
    Je n’y ai pas cru en découvrant le titre du billet sur ton blog, car il m’est arrivé à peu près la même chose avec des mésanges bleues cette année! (Je le raconterai ^^)

    Mais alors, je suis super étonnée par tout ce que j’ai appris sur les pigeons grâce à ton article (7 couvées par an? C’est dingue! Et ils ont grandi tellement vite!) Et épatée par tes splendides photos de ces drôles de bébés pigeons! C’est qu’on n’a pas l’occasion d’en voir tous les jours… Quel drôle d’allure ils ont!

    Merci pour cette belle tranche de nature en ville, j’ai adoré!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *