Quand la malchance s’acharne

Après un beau week-end bien rempli à Madrid, j’avais vraiment hâte de rentrer à Paris pour revoir mon lit. Donc, je m’étais rendue à l’aéroport assez à l’avance histoire de recharger mon iPod et de manger un peu avant le grand départ.

Même si le repas m’a coûté extrêmement cher (11,60 €) pour des nouilles sauce bolognaise sans viande et des fruits n’étant plus très frais, j’étais contente d’avoir trouvé une prise électrique qui fonctionnait.

repas d'aéroport

Après avoir mangé, je me suis dirigée tranquillement vers ma porte d’embarquement. Voyant qu’une queue s’était formée, je m’y suis jointe. Comportement contraire à mes habitudes, car je préfère habituellement attendre la dernière minute pour embarquer comme avec EasyJet les sièges ne sont pas attribués, je me suis dit que c’était raisonnable de se joindre à la file.

Notre avion est arrivé et a fait débarquer tous les passagers qui arriveraient à Madrid. Les minutes passent et le flot de passagers a diminué, puis s’est arrêté. Pourtant, notre vol n’est toujours pas appelé pour l’embarquement. On dépasse l’heure limite pour l’embarquement et rien ne se passe.

Et puis une dame arrive avec un fauteuil roulant, je comprends alors qu’il y a un passager à mobilité réduite qui attend qu’on vienne l’aider à s’extirper de l’avion.

À l’heure du décollage, une dame du personnel au sol finit par donner le signal du début de l’embarquement tout en ayant des fous de rires à l’interphone.

Vingt minutes après l’heure prévue, l’avion est enfin prêt à décoller.

Euh, non… en fait, les stewards remarquent qu’il y a un passager en trop : nous sommes 151 dans l’avion alors que 150 personnes se sont présentées à l’embarquement.

Le personnel navigant appelle les noms de cinq passagers, pas de réponse. Ils répètent l’exercice quelques fois en français, en espagnol et en anglais sans succès. Les minutes passent et le stress s’installe. On nous demande finalement de ressortir nos cartes d’embarquement afin que notre identité soit contrôlée à nouveau.

Finalement, avant que le contrôle soit entamé, Olga s’est réveillée et a enfin compris qu’on l’appelait depuis 20 à 30 minutes. Applaudissements.

« Mesdames et messieurs, le vol est maintenant prêt à décoller, cependant je dois vous annoncer que l’aéroport de Madrid est présentement fermé, car un avion se trouve présentement sur la pelouse entre deux pistes, on ne sait pas ce qui s’est passé. »

Rires nerveux chez les passagers.

« Ce n’est pas vraiment drôle pour les passagers coincés dans cet avion. »

Glups.

« Ici votre commandant de bord, deux pistes sont présentement fermées sur »’aéroport de Madrid, deux restent ouvertes. Nous sommes les cinquièmes en liste pour le décollage, nous devrions décoller dans environ 20 minutes. »

On a déjà plus d’une heure trente de retard quand on reçoit enfin la permission de décoller. Le vol est un peu turbulent comme ça arrive souvent sur les petits vols, mais tout se passe bien.

On arrive à 23 h 40 à Paris alors qu’on devait déjà y être depuis une heure. Ce n’est pas le retard en lui-même qui était gênant, mais le fait que ça commençait à être vraiment juste pour rentrer en RER (transport en commun) à Paris.

S’en suit une longue course dans les couloirs de Charles de Gaulle. J’arrive à bout de souffle sur le quai du RER. Je me félicite de ne pas avoir pris de bagage en soute et d’avoir acheté à l’avance mon billet pour Paris.

« En raison d’un colis suspect (alerte à la bombe) à la station Aulnay-sous-Bois, le trafic est ralenti sur le RER B, veuillez prévoir des retards d’au moins 20 minutes. »

Je regarde compulsivement ma montre, est-ce que je me rendrais un jour chez moi?

Heureusement, un train finit par arriver, je ne suis pas certaine que je pourrais attraper un métro rendue à Paris, mais je décide de tenter quand même.

Arrivée à Denfert-Rochereau, je me mets immédiatement à courir dans les couloirs pour aller rejoindre la ligne 6. Quand j’entends un métro au loin, j’accélère le pas en passant du jogging au sprint et j’aperçois du coin de l’œil un petit objet noir qui roule devant moi. En fait, c’est une petite souris qui me fait la course!

Ouf, j’attrape le dernier métro. En arrivant à la station Pasteur, rebelote, course effrénée pour aller rejoindre la ligne 12. J’attrape un métro qui n’est pas le dernier, mais mon wagon est complètement vide, sauf pour un jeune homme qui émet des vapeurs d’alcool.

Arrivée à ma station je suis dégoûtée de voir que les escaliers mécaniques sont fermés. Je monte péniblement les marches pour émerger sur la rue.

Il est déjà 1 h du matin, merde je travaille demain!

24 Commentaires

  • Effectivement, ça fait beaucoup ! Moi avec easyjet, tous mes vols sont systématiquement retardés, au minimum d’une heure, je suis blasée, mais je ne prends jamais des vols trop tardifs !
    Bon courage pour la semaine !

  • Heureusement que je ne suis pas plus fatiguée qu’à l’habitude!

    Je t’avoue que la majorité de mes vols ces derniers temps, tant intra-européens que outremer, ont tous subis des retards … l’heure n’est pas à la ponctualité!

  • Ouch! C’est le radeau de la Méduse version aérienne. Moi, j’ai déjà eu une adolescente malade mentale qui a gueulé pendant quatre heures de vol dans un voyage Montréal-Vancouver. Elle cognait des pieds dans le siège devant elle. Pas de chance: cétait le mien.

    • Je me suis dit qu’au moins ça me coûterait moins cher de prendre un taxi a partir de Paris plutôt qu’a partir de Roissy mais j’ai eu de la chance 🙂

  • Raaaah y’a vraiment des jours comme ça où tout se cumule et le mauvais sort s’acharne ! Mais le plus important, c’est que tu aies fini par rejoindre ton lit ! 🙂

  • C’est ce qui arrive quand on prend des vols pas chers (ça peut toujours arriver avec des compagnie « ordinaires » aussi, mais c’est moins fréquent)… J’ai appris à être moins gratte-cenne quand vient le temps de voyager, et payer un taxi au lieu de courrir après le transport en commun à des heures tardives. Si on voyage pour relaxer, il faut payer cash.

  • PJ: Ne pas être gratte cenne ça va vraiment à l’encontre de ma nature profonde! Surtout que les taxis de Roissy à Paris sont super méga-chers (60 € la seule fois que j’en ai pris un!).

    Pour les petits week-end je peux seulement me les permettre parce que justement ça ne coûte pas cher.

    J’ai souvent eu des retards avec Lufthansa aussi, je pense que sur les petits vols comme il y en a beaucoup de va et vient au moindre petit anicroche tous les vols de la journée seront en retard.

    • Je n’ai rien contre voyager pas cher non plus, mais dans ce cas, le but doit être l’aventure et non pas la relaxation. Tu ne peux pas dire que tu n’as pas vécu toute une aventure! 🙂

  • Shandara: En même temps je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer et j’ai fait assez d’exercice pour la semaine 😉

    Oui il va falloir que développe mes photos et j’ai aussi celles de Prague et Oslo à montrer sur le blog.

  • Wow toute une aventure que tu as vécu là! Dommage qu’un si beau week-end finisse sur une si mauvaise note. J’espère que tu nous montrera quelques photos, j’aimerais tellement y aller un jour! 🙂

  • Et bien que de péripétie pour rentrer chez toi^^
    Les joies parisiennes je connais avec les métros en retard , c’est chiant.
    En tt cas j’éspère que ton week-end au soleil c’est bien passer, hate de voir tes photos moi qui voyage pas bpc je voyage a travers les photos et les récits des autres ^^.

Répondre à Shandara Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *