Unité 9 [TV du Québec]

Depuis mon arrivée en France, j’ai pendant longtemps boudé la télévision du Québec parce que j’avais envie de découvrir d’autres horizons en sortant de ma zone de confort. Mais si la France est un pays réussissant dans bien des domaines, la télévision française est abominable. Même quand les chaînes arrivent à passer les épisodes d’une série en ordre, on a le choix entre des séries avec des flics alcooliques ou des imitations de séries américaines édulcorées. Souvent, c’est plutôt des séries américaines mal doublées et rarement les meilleures.

Plus récemment, mon père s’est mis à me parler avec insistance d’une nouvelle série diffusée sur Radio-Canada très suivie au Québec avec près de 2 millions de téléspectateurs. Les critiques envers Unité 9 sont élogieuses mais je trouvais le synopsis peu engageant : des femmes en milieu carcéral.

C’est clouée sur mon siège d’avion que j’ai découvert cette série sur le système de divertissement en vol d’Air Canada. En atterrissant à Montréal, j’avais enchaîné quatre épisodes avec un seul regret : qu’il n’y en avait pas d’autres !

***
121205_5b4nj_unite9_telephone_20121205_8

C’est avec Marie Lamontagne, condamnée à une peine de sept ans pour tentative de meurtre sur son père, que l’on pénètre dans l’établissement pénitentiaire fédéral pour femmes de Lietteville. Mère de deux enfants, professeur au secondaire (collège), Marie — une femme éduquée de classe moyenne sans antécédents judiciaires — est très rapidement confrontée à la violence des détenues mais aussi à celle du système carcéral.

Elle est installée dans l’unité 9, un baraquement où six détenues ont une chambre individuelle tout en partageant une cuisine, un salon et une salle de bain. Une impression de vivre comme à la maison, sans barreaux, avec cinq autres criminelles.

Une vie sans barreaux mais pas pour en autant sans contrainte car il faut se soumettre aux rythmes bien réglés de l’administration carcérale. Ils sont d’autant plus micro-minutés par le nouveau directeur de la prison Normand Despins, un homme froid, et ses petites mains : les Intervenantes de Première Ligne (IPL / gardiennes de prison).

Si j’avais abordé la série en me croyant incapable de m’identifier à une prisonnière, cet a priori a vite été oublié. La série se déroule de façon telle qu’on apprend à connaître les femmes détenues avant de découvrir leurs crimes et leurs passés ce qui contribue à les rendre plus « normales. » La série se déroulant exclusivement dans le moment présent, l’immersion du téléspectateur dans la prison se fait plus naturellement.

668362un2

La série a beau relater une vie quotidienne sans sans fioriture en prison avec ses lots de trahison, de trafics, de crises et d’entraide, il n’en reste pas moins qu’il y a un suspens qui donne envie de découvrir le prochain épisode. Les actrices jouent leurs rôles avec beaucoup de justesse et ça m’a fait plaisir de revoir des actrices connues et aimées du grand public comme Micheline Lanctôt et Guylaine Tremblay mais aussi des actrices qui moins connues comme Ève Landry.

Je regarde cette série avec Réjean, mon français, qui l’apprécie et qui se désole qu’il n’y ait pas plus de bonnes séries québécoises qui soient diffusées en France. J’ai pu lire quelques commentaires de français qui avaient de la difficulté à comprendre le fameux accent québécois, mais Réjean n’est pas d’avis que cette série est difficile à comprendre. Selon lui, l’incompréhension des français serait plutôt envers les conditions de détentions qui sont bien différentes des prisons surpeuplées et vétustes de France.

D’ailleurs, ce que j’aime de Unité 9 c’est qu’une fois le téléviseur éteint, on se met à réfléchir aux conditions des détenus dans nos prisons, des gens pour lesquels on a habituellement peu de compassion. La fiction permet de concrétiser dans notre imaginaire combien la privation de liberté en elle-même a un côté inhumain et ce même dans des conditions matérielles relativement confortables. Je reste convaincue que l’on doit envoyer le moins de gens possible en prison et surtout aménager leur séjour afin que la réinsertion des prisonniers se fasse plus sereinement. Oui, même si ça augmente mes impôts !

Unite-9-2

Unité 9 (2012-…)

Saison 1: 25 épisodes
Saison 2: 24 épisodes (en cours de diffusion)

Durée: 1h00 avec les publicités, environ 42 minutes sans.

France: Diffusion de deux épisodes chaque semaine sur TV5, le lundi à partir de 23h10
Québec: Diffusion tous les mardis à 20h00 et en tout temps sur Tou.tv

647924un2

11 Commentaires

  • Est-ce que tu as regardé les deux saisons de 19-2 ? C’est vraiment trop bon. Une autre série à succès. 😉

  • Ça fait du bien de retrouver un peu de chez nous au travers de séries télévisées, c’est sûr! Dommage que TV5 ne les passe pas toujours à des heures plus raisonnable par contre. J’ai remarqué que plusieurs émissions québécoises passent comme ça en fin de soirée.

    Par contre ce qui m’a fait le plus grand choc, c’est quand j’ai su que la Série Fortier passait en France (je ne me souviens pas du poste mais ce n’est pas TV5)… et voir que les Français l’avaient traduite avec leur accent et expression! Déçue, déçue, déçue 🙁 J’adore cette série, mais ça je peux pas, tout simplement.

    • J’étais super contente que Fortier soit diffusé en France étant donné que je n’avais pas eu l’occasion de voir la série au Québec et j’ai été tellement déçue par le doublage atroce qu’ils avaient fait à la série. Même chose avec « Les Parent » qui passe sur Gulli, je pense que Anne Dorval se double elle-même donc on ne s’en aperçoit pas tout de suite mais ce n’est pas regardable!

  • « conformément aux droits de diffusion, ce document n’est pas disponible dans votre pays »… Bon ben comme ça c’est réglé. Dommage, ça avait l’air très bien comme série…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *