Quelques jours au pays catalan

Pays Catalan: Ruines du château de Carol

Début mai, il me restait une semaine de vacances à prendre. Je rechignais à la prendre parce que c’était à un moment où nos finances étaient tendues à cause des travaux d’aménagement que nous étions en train de faire dans notre appartement. Je n’avais aucune envie de rester à Paris, mais pas plus envie de dépenser une fortune en hôtels, restaurants et vols. Et puis, il y a aussi le souci du chien qu’il faut soit mettre en pension ou aller le porter chez mes beaux-parents en Haute-Savoie. C’est dans ces moments que la liberté que notre ex-voiture nous procurait me manque beaucoup!

Finalement, on a décidé d’aller passer une semaine à la maison familiale de Réjean qui était libre à cette époque. J’aimerais bien dire que nous nous sommes envolés vers Perpignan, mais avec la cagne nous n’avions pas d’autre choix que de prendre le TGV. En train, le trajet Paris-Perpignan dure environ 5 h 30 parce que le train ne circule pas à pleine vitesse entre Montpellier et Perpignan.

Pays Catalan: Sur le haut des Pyrennées

Pays Catalan: notre voiture de location
Pays Catalan: Chien dans une voiture de location

Réjean avait loué une voiture chez Europcar dont les bureaux étaient situés directement dans la gare de Perpignan, très pratique! J’étais un peu anxieuse de connaître la réaction du loueur de voitures en nous voyant arriver avec Akira, même si dans les conditions de location tout était OK. La France étant infiniment plus tolérante que le Québec avec les chiens, nous n’avons eu aucun problème. Comme nous sommes des gens civilisés, nous avons traité la voiture de location comme si c’était la nôtre et avons utilisé un hamac spécialisé pour protéger la banquette arrière des animaux de compagnie. Une chance parce que l’air de rien Akira a rapporté beaucoup de poussière et de sable avec ses pattes, ce qui aurait pu nous coûter cher en frais nettoyage.

Pays Catalan: Saint-Hippolite
Pays Catalan : Église de Saint-Hippolyte
Le paisible village de Saint-Hippolyte
Pays Catalan : rues de village

Une fois rendu dans le petit village de Saint-Hippolyte, dans les Pyrénées-Orientales (66), à une vingtaine de minutes de Perpignan quelque part entre l’étang salé et les montagnes, on s’est senti perdu au milieu des lotissements qui essaiment autour du vieux village. Ça faisait cinq ans que nous n’avions pas visité ce lieu et ça a été très déconcertant de retrouver la maison de la famille qui faisait autrefois face à des vignes et au pic du Canigou maintenant à quelques mètres de maisonnettes construites en rangées.

C’est une drôle d’évolution tous ces lotissements pour un village très ancien qui était situé sur une voie romaine, la via domitia, et dont le centre-ville est dominé par un château et une église du Moyen Âge. Même dans l’espace d’une vie humaine c’est une évolution incroyable quand on pense que le grand-oncle de Réjean parlait catalan, travaillait ses vignes avec des chevaux et devait faire des kilomètres à vélo pour aller voir son amoureuse quelques villages plus loin. À cette époque, pas si lointaine, la plupart des maisons du village avaient au rez-de-chaussée une mangeoire pour les chevaux ou les moutons.

Pays Catalan: vue sur les Pyrennées
La splendeur des Pyrennées

Maintenant, les vignes ont été arrachées pour faire place à des lotissements avec piscines dans une région où l’eau se fait parfois rare. Le centre-ville a été déserté au profit de l’immense zone commerciale de l’autre côté de l’autoroute où il y a cinq ans, il n’y avait qu’un Carrefour et où se trouve maintenant une pléthore de magasins et des restaurants.

Ce fut un choc, mais je comprends aussi que les gens aient envie de répondre à leurs besoins d’aujourd’hui. Après tout, les vignes arrachées l’ont été parce qu’elles coûtaient trop cher à travailler en comparaison avec les prix auxquels peuvent être vendus les vins du Sud. La population est aussi en constante augmentation et je comprends tout à fait que les gens aient envie de se loger convenablement.

Pays Catalan: zone de protection des milieux humides de l’étang de Leucate
Pays Catalan: observation de la faune des milieux humides.
La zone de protection des milieux humides de l’étang de Leucate à Saint-Hippolyte

Bien que nous ayons été désorientés à notre arrivée au village, nous y avons passé un séjour agréable. Pour nous parisiens, le silence des rues la nuit a été très reposant. Même Akira avait envie de sortir plus souvent qu’à Paris pour arpenter les rues. Comme la maison n’est pas souvent habitée, il n’y avait ni télé ni internet et nos téléphones peinaient à capter la 3G à travers les murs épais des maisons du village. Du coup, on s’est bien reposés libres de nos appareils électroniques.

On a été accueilli d’une façon extraordinaire, on a passé beaucoup de temps avec la famille et les amis de Réjean. Donc, on n’a pas tellement eu le temps de visiter et je n’ai même pas pris de photos du vieux village. On s’est posé une question que l’on se pose rarement : mais que fait-on à Paris? Là-bas on pourrait habiter une grande maison que l’on aurait les moyens de mettre à notre goût, avoir des loisirs peu onéreux comme la plage et les randonnées en montagnes et manger des produits du terroir. Ce que j’aime moins là-bas, c’est le côté voiture obligatoire, mais c’est peut-être un petit prix à payer pour la tranquillité.

Pays Catalan: Chien sur la plage
Pays Catalan: Canet Plage
Les longues plages méditerranéennes où quelques courageux se baignaient malgré la froideur de l’eau

Pays Catalan: Étang de Canet-sur-Plage
Côté étang à Canet-sur-Plage

Le pays Catalan : côté Pyrénées

Pays Catalan: Villefranche-de-Conflent
Villefranche-de-Conflent

La seule vraie excursion que nous avions faite pendant notre séjour en Catalogne, c’est de monter dans les Pyrénées en passant par Villefranche-de-Conflent, Mont-Louis, Font-Romeu, Andorre-la-Vieille et l’enclave espagnole de Puigcerdà. Il y a beaucoup de choses à voir dans les Pyrénées-Orientales, que cela soit sur les cartes touristiques comme Villefranche ou Mont-Louis ou que cela soit des petits vestiges oubliés, mais émouvants comme les deux tours qui illustrent cet article.

Je n’ai pas pris autant de photos que j’aurais dû, mais si vous passez dans le coin prenez la route de la montagne et admirez les magnifiques paysages s’offrant à vous. Arrêtez-vous, quand vous voyez quelque chose qui attire votre œil, vous découvrirez des villages et des bâtiments dont l’histoire remonte au début de notre ère. Prenez le temps de trouver un bel endroit où pique-niquer, c’est unique de pouvoir manger son sandwich devant une vue plongeante sur les Pyrénées.

Le seul bémol est pour ceux qui, comme moi, ont le mal des transports. La route pour s’y rendre serpente à travers les montagnes et elle m’a rendue très malade malgré les remèdes homéopathiques achetés en pharmacie (j’avais oublié mes Gravol). J’ai survécu grâce à des arrêts fréquents et à la compréhension que me témoigne Réjean quand je dois m’étendre sur un banc pendant quinze minutes, histoire de me reconnecter à la terre.

Pays Catalan: vacances en France

Pays Catalan : Ville fortifiée

Pays Catalan: vacances avec son chien

Pays Catalan: tourisme en France
Villefranche-de-Conflent ville très touristique en saison, mais vide lors de notre passage.

Pays Catalan: rues anciennes

Pays Catalan: autour de forteresse de Vauban du Mont-Louis
Pays Catalan: Andorra la Vella
Tout un contraste entre la forteresse de Vauban du Mont-Louis et Andorre-la-Vieille qui est plutôt récente

 

Pays Catalan: le retour en train
Le retour à Paris en TGV

Notre petite semaine de vacances au pays catalan s’est rapidement terminée, il fallait bien rendre les clefs de la voiture et rentrer à Paris. Au moins, il nous reste de beaux souvenirs!

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *