Le Paris du Moyen Âge

Paris du Moyen-Âge: Hotel des Archeveques de Sens

Le Moyen Âge est une époque que j’ai longtemps dédaignée du fait que dans le parcours scolaire on nous le décrit comme l’âge des ténèbres et de la peste. Et puis, il faut dire que cet âge n’a pas laissé de traces au Québec, en tout cas pas de traces pouvant s’inscrire dans la tradition européenne de l’époque médiévale. Cela en fait une époque lointaine, tant par les siècles que par la distance géographique qui nous en séparent.

J’ai commencé à m’intéresser à cette période à mon arrivée en France parce que le Moyen Âge est soudainement devenu plus tangible. Cela grâce à des bâtiments comme le château de Vincennes, le village de La Couvertoirade bâti par les templiers dans le Larzac ou encore la ville fortifiée d’Aigues-Mortes. Ce nouvel intérêt a aussi été nourri par les émissions consacrées à l’histoire sur les ondes de France Culture qui abordent de temps à autre le Moyen Âge.

Un beau matin, alors que j’écoutais La Fabrique de l’Histoire d’Emmanuel Laurentin en finissant de me maquiller, j’ai été captivée par l’intervention de Boris Bove et Claude Gauvard venus présenter l’ouvrage qu’ils avaient codirigé : Le Paris du Moyen Âge.

Maisons du moyen-age
Maisons médiévales aux n° 11 et 13 rue François Miron

Le Paris du Moyen Âge, Boris Bove et Claude Gauvard (Belin, 2014)

Ce qui m’a intéressée dans la présentation de ce livre c’est que les auteurs abordaient une histoire de la vie civile à Paris et non pas uniquement la ville vue de la lorgnette des aristocrates, du roi et des haut placés du clergé. Le livre contient douze chapitres thématiques, écrits par neuf différents historiens. Le tout illustré d’enluminures et de tableaux de l’époque.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui permet de découvrir de nouvelles facettes de Paris au Moyen Âge. J’y ai par exemple appris :

  • L’hôtel-Dieu était un hôpital qui était un modèle d’hygiène pour l’époque, il y avait même un système d’eau courante alimentant tout le bâtiment.
  • Les peines de prison étaient proportionnelles à la profondeur de votre bourse, si vous n’aviez pas les moyens de payer gîte et couvert on vous remettait en liberté. Même si vous étiez un multirécidiviste.
  • En l’an 1300, seulement 15 % de la population parisienne était imposable, parmi ceux-ci 1 % des contribuables les plus riches acquittaient 80 % de l’impôt. Point de paradis fiscal à cette époque!
  • Le travail des femmes était estimé et encadré même si les carrières des sphères intellectuelles leur étaient fermées faute de pouvoir intégrer l’université où il fallait avoir le statut de clerc.
  • Plusieurs justices se font concurrence, dépendant de votre appartenance sociale, de votre lieu de résidence et du crime commis, vous pouviez être jugé par un tribunal ecclésiastique, par un tribunal seigneurial (pour brouiller encore plus les pistes, plusieurs abbayes détiennent des seigneuries), par le parlement de Paris ou par la justice royale.
  • Et bien d’autres choses!

Le livre sort des sentiers battus on ne se reposant sur pas des lieux communs. On sent bien que les historiens ayant participé à l’écriture ont fouillé leur sujet pour présenter une vision singulière du Paris médiéval. C’est tout l’intérêt de ce livre qui traite de douze sujets très précis permettant de parfaire ses connaissances du Moyen Âge.

Dans l’entrevue radiophonique, Gauvard explique qu’ils ont voulu faire un livre grand public, mais certains chapitres sont un peu drus (mais pas dénués d’intérêt) comme celui sur l’aristotélisme à l’université de Paris. De plus, il vaut mieux avoir quelques connaissances préalables du Moyen Âge et de l’histoire parisienne pour mieux apprécier la lecture de ce livre, en ce sens qu’il n’y a pas d’explications quant à qui est Sainte-Geneviève ou encore quelles sont les fonctions du prévôt des marchands.

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre et en arrivant à sa fin, je l’aurais souhaité plus long. Le prix de vente est un peu plus élevé (28 €) que ce que je me permets d’habitude, mais le livre est imprimé en couleur sur du beau papier glacé ce qui met bien en valeur les quelques 80 illustrations. C’est un beau cadeau à se faire à un passionné du Moyen Âge… ou à soi-même!

Fondations du Louvre médiéval
Fondations du Louvre médiéval… dans un centre commercial
Livre Le Paris du Moyen Âge
Le Paris du Moyen-Âge

Ouvrage co-dirigé par Boris Bove et Claude Gauvard

Publié en 2014 chez Belin

Prix: 28 €

En vente sur Amazon

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *