Ô Canada


Notice: Undefined variable: standard_size in /home/cynthia4/public_html/wp-content/themes/simplemag/formats/format-standard.php on line 25
(cc) Ian Muttoo

Je sors de mon petit silence pour souhaiter à tous les canadiens une bonne fête.  Je ne pouvais pas passer cette fête sous silence car j’adore mon pays.  Pourtant, j’ai dû apprendre à le connaître et à l’aimer car au Québec on aime un peu trop endoctriner les petits enfants à l’école pour que ça vienne naturellement.  Me croirez vous si je vous dit qu’au Québec on n’enseigne seulement l’histoire du Québec (et un peu de la France) mais qu’il y a omertà sur l’histoire du Canada et de la Grande Bretagne?  Même chose pour les cours de littérature où on préfère vous faire lire des romans américains plutôt que canadiens. Le Canada n’existe pas, le Québec étant sans doute une île.

Pas facile d’aimer le Canada dans ces conditions, surtout que j’ai grandit entre deux référendums, pendant la crise constitutionnelle et la création de la loi 101. Je ne comprenais pas cette exaltation autour de moi et à la télévision, je ne comprenais pas plus pourquoi le Québec voulait se séparer, ça m’attristait même.

En même temps, de par ma grand-mère, j’étais consciente que le nationalisme québécois était bel et bien une réponse des francophones à une dominance anglophone.  Cette souffrance des francophones qui formaient la strate inférieure de la société est sans doute le mieux exprimé par le poème Speak White de Michèle Lalonde (à voir!).

Alors, comment aimer le Canada sans renier le Québec?

Switzerland vs. Canada
(cc) S. Yume

Question difficile, voir impossible selon certains. Je crois qu’il est temps d’aller vers l’avant, «let’s forgive but not foget», et mettre les différences linguistiques de côté.  L’éducation et la progression de la société ont réussi à mettre les francophones sur un pied d’égalité avec les anglophones. Je pense que les choses qui se sont passées avant les années 1960 ne devraient plus être ressassées, les petits québécois d’aujourd’hui sont nés dans une société bien différente de celle de leurs grands parents.

Je t’aime mon grand pays et j’espère te retrouver en quelque part entre les océans.

Étiquettes

7 Commentaires

  • Tu me fais peur pour le jour où j’aurais des enfants et qu’ils iront à l’école! Apprendre seulement l’histoire du Québec et de la France??

  • Tu traduit exactement mon sentiment Cynthia.

    Un de mes plus beau souvenir d’enfance me vient de l’année du Centenaire du Canada. Il y avait beaucoup d’activités, expositions, caravane itinérante, etc. Ma fierté canadienne a pris ses bases cette année là je crois.

    J’aurais aimé que les premiers référendums passent mais… ça n’est pas arrivé et il serait temps de passer à autre chose. 🙂

  • C’est drôle, moi je me sentais comme si le référendum était passé date. Comme s’il fallait aussi (comme tu dis) aller vers autre chose. Passer à autre chose de mieux.

    Je trouve la souveraineté un peu dépassé 🙂 Bizarre de voir que je ne suis pas seule comme ça.

  • J’aime ton article et ce qu’il représente.
    Je me demandais pourquoi dans ton article sur la St-Jean d’il y a un an, tu disais que tu perdais ton droit de vote?

  • Je pense que tu as bien exprimé ce que pas mal de Québécois doivent ressentir…

    Peut-être que la réconciliation pourra aussi venir des immigrants, car pour nous, difficile d’avoir des ressentiments envers le pays qui nous accueille, ainsi que la province qui héberge pas mal de francophones. C’est pour ça que je pense que d’un côté comme de l’autre, il faut baisser un peu sa garde et donner sa chance à la réconciliation.

  • Delph: En fait en secondaire II on commence avec les romains et ensuite on passe à Charlemagne jusqu’à la première ou deuximème guerre mondiale. En secondaire IV, c’est l’histoire du Québec dont un trimestre qui est entièrement dédié aux amérindiens. Disons qu’en somme le Canada est assez inexistant dans ce qui est enseigné, on ne l’étudie que partiellement en géographie.

    Beo: Je pense aussi. J’ai aussi beaucoup de difficulté avec les sites de Radio-Can!

    Looange: Ce qui est bizzare c’est que c’est totallement dépassé pour certains alors que c’est toujours d’actualité pour d’autres … c’est pour cette raison que La Marois ne sait pas sur quel pied danser.

    Swann: Après deux ans passés hors du Québec on n’a plus le droit de voter aux élections provinciales tandis que je pourrais voter à vie au Canada.

    Zhu: En même temps, il n’y a que des immigrés au Canada (sauf pour les amérindiens qui sont enfermés dans des réserves) et je crois que les origines (parfois très lointaines) nous empêchent souvent de se réconcilier. Après tout ce n’est pas facile de réconcilier les anglais et les français, deux peuples qui se sont fait la guerre pendant des siècles 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *