Il est 11h15 et il y a 12 personnes devant vous

Encore une fois, j’avais pris ma convocation pour un rendez-vous et le ticket que l’accueil du bureau Amérique-Europe-Proche Orient m’avait donné s’est chargé de me le rappeler. Six employés, 12 clients et 45 minutes avant l’heure du lunch, il ne fallait pas être un crack des statistiques pour deviner que nous serions là au moins jusqu’à 14h00.

Nous avons la chance de s’asseoir sur les deux dernières chaises libres de la salle d’attente. Chéri, dont la présence était obligatoire pour prouver qu’il me connait réellement, était content que je lui avais suggéré d’apporter un peu de lecture. L’air de la salle était lourd et manquait d’oxygène, ça m’a donné le tournis mais j’étais trop stressée de rater mon tour pour sortir et aller prendre l’air. J’ai essayé de regarder le débat du sénat sur l’immigration sur une petite télévision dans la salle d’attente mais j’ai rapidement abandonné. J’ai donc sorti mon pavé, El Juego del Angel de Ruiz Zafón pour essayer de faire passer le temps en lisant.

Notre tour est arrivé vers 13h40, très enthousiaste je me suis rendue au guichet où on avait été appelés. La dame, très sympathique, a feuilleté mon dossier et me demande « avez-vous vos relevés bancaires pour toute l’année ?

– Euh, non. Ce n’était pas écrit sur la liste de papiers. Attendez, j’ai au moins toutes les factures EDF de l’année dernière et des certificats de scolarité»

L’employée ne semblait pas satisfaite des documents supplémentaires que je lui avais donné, elle s’est donc tournée vers mon dossier informatique. Heureusement pour nous, j’avais déclaré Chéri comme répondant depuis ma première carte de séjour en 2008 et donc ça constituait une preuve raisonnable de notre vie commune, surtout que ça va faire bientôt deux ans et demi que nous sommes à la même adresse. En plus, il m’avait signé une prise en charge financière l’année dernière alors je n’ai pas eu à prouver mes ressources.

Fiou ! J’ai pu recevoir un récépissé de carte de séjour (je devrai aller chercher la vraie carte fin mars) ! Juste pour être certaine que je ne rêvais pas, j’ai demandé à la fonctionnaire si je pouvais bien travailler et voyager ce à quoi elle m’a répondu par l’affirmative. Après l’avoir remercié trois fois car elle était vraiment super, je suis sortie de la salle en faisant la danse de j’ai des papiers, j’ai des papiers, je peux maintenant voyager dans le métro sans payer et sans avoir peur de me faire expulser.

Comme nous nous étions endimanchés pour notre rendez-vous, j’ai suggéré à chéri d’aller prendre un café dans un bar jouxtant Notre-Dame-de-Paris. Nous étions tous les deux contents que tous les problèmes de papiers soient enfin derrière nous, du moins jusqu’à l’année prochaine …

***

Maintenant, il ne me reste plus qu’à me battre avec l’assurance maladie pour être enfin assurée, je ne vais pas vous raconter tous mes déboires avec eux car ça serait trop long. Au moins, la bonne nouvelle est que je n’ai été malade qu’une seule fois en France et c’était durant les quatre petits mois où j’étais assurée … en espérant que je reste chanceuse !


 

Conseils pour changer votre carte de séjour du statut étudiant à vie privée

  • Apportez tous vos relevés de comptes, fiches de paie, relevés EDF et leurs photocopies sur la dernière année. Cela vaut aussi pour le conjoint.
  • Même si ce n’est pas clairement indiqué, apportez une preuve de votre couverture par la Sécu et de votre mutuelle, si vous en avez une.
  • Apportez tout papier qui pourrait peut-être vous être utile. Nous avions même apporté le certificat d’enregistrement au CKC d’Akira pour prouver notre vie commune depuis au moins 2007. Nous n’en avons pas eu besoin mais mes certificats de scolarité des deux dernières années m’ont été d’un précieux secours.
  • Pour le certificat de PACS, la façon la plus facile de l’obtenir est de se présenter muni de sa carte de séjour ou de son passeport et du document officialisant le PACS au Tribunal de Grande Instance de Paris (Annexe Brabant, 2 rue de Cambrai, 75019 – Métro Corentin Cariou)
  • Ne pensez pas que savoir lire est suffisant pour savoir quoi amener à votre convocation, appelez au service concerné avant de vous rendre car vous n’aurez pas envie de revenir faire la queue s’il vous manque quelque chose.
  • S’habiller proprement, être poli et cordial, ça fonctionne ou du moins ça aide les employés à vous voir d’une façon plus positive.
  • Si vous ne parlez pas ou peu français, trouvez quelqu’un pour vous accompagner. Si vous ne connaissez pas personne, certaines associations offrent ce service.
  • Soyez prêts à attendre pendant plusieurs heures, il vaut mieux prévoir une occupation en conséquence.

12 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *