Hay llegando à Madrid

Il y a quelque chose de fabuleux à travailler toute la journée comme si de rien était et puis une fois 18h00 arrivé d’empoigner son sac à dos pour voyager ni vu ni connu à travers les travailleurs qui rentrent chez eux.

Et puis descendre deux arrêts plus loin à l’aéroport de Roissy . Naviguer ses couloirs interminables, esquiver les valises et monter dans un grand coucou orange.

Débarquer dans une ville inconnue, naviguer ses rues à l’improviste et puis se coucher dans une chambre qu’on n’a pu qu’entre apercevoir dans la pénombre car quelqu’un y dormait déjà.

Demain je me réveillerai dans un autre pays avec une autre langue et une autre culture. Seule . Libre.

Un week-end pour vivre, photographier, manger très loin de mes soucis quotidiens. Tout cela de façon débonnaire car ce n’est qu’un week-end après tout et que Madrid restera toujours à moins de deux heures de Paris.

Puis revenir lundi au travail comme si rien ne s’était passe.

Pour moi ça reste la grande différence entre la vie à Paris et celle à Montréal . La différence qui me permet d’oublier qu’on a un budget de courses à 600€ et un loyer à presque le double sans avoir pour autant un niveau de vie très élevé.

Étiquettes

4 Commentaires

Répondre à Anne-Laure Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *