C’était le premier quart de 2021

Publié le Catégorisé comme Bla bla 4 commentaires sur C’était le premier quart de 2021
Akira les moustaches glacées

Les mois passent, mais les choses ne changent pas. Il y a un an, alors que je posais une dernière fois les yeux sur ma tour à bureaux, j’étais loin de penser qu’on n’y serait toujours pas de retour de façon permanente. Le télétravail a été tout sauf reposant avec des surcharges de travail monstrueuses. Je suis un peu jalouse des fonctionnaires de certains ministère qui on pu se tourner les pouces quelques semaines par manque de travail. Quand les vacances de Noël sont arrivées j’étais mentalement épuisée, j’ai passé deux semaines en état stupeur à regarder Netflix.

D’ailleurs, j’ai encore changé de poste tout en restant toujours au sein de la même université. Je n’avais pas l’intention de changer après si peu de temps, mais un poste unique qui collait bien avec mes aspirations a été affiché et c’était le type d’occasion « maintenant ou jamais ». Je suis contente, j’ai obtenu à la fois ma permanence et une place dans une unité qui a de beaux défis à relever. Je ne chômerai pas pour autant, mais il semble que la charge de travail sera plus raisonnable, ce qui j’espère me laissera plus d’espace mental pour faire autre chose que travailler. Cependant, il me reste encore quelques semaines de transition à travailler aux deux endroits à la fois afin de mettre un point final à certains projets.

Nouvelle vue du bureau

J’ai commencé en janvier un D.E.S.S. en administration des affaires à HEC. C’est moins facile que ce à quoi je m’attendais. Après tout, je n’ai plus fait de maths depuis le secondaire et le fait d’avoir réussi le cours de Math 536 tenait du miracle (je reste persuadée que la direction a « arrangé » ma note finale).

Le premier cours en finances a été enrichissant et le prof était tellement dynamique que je me serais crue en classe pour de vrai. J’ai beaucoup travaillé pour ce cours et ça a bien payé avec un A comme note finale.

J’appréhende un peu la session d’été qui est compressée sur deux mois avec deux cours par semaine: ça va faire beaucoup de travail personnel !

Sinon, on a eu la chance d’avoir un printemps hâtif après un hiver somme toute clément. Ça fait du bien de prendre le soleil. J’aimerais être en mesure de travailler plus souvent dehors mais je suis trop habituée à mes deux écrans pour travailler sur Excel.

J’ai essayé de recommencer l’entraînement à la course. Malgré l’achat de nouvelles chaussures, j’ai toujours des douleurs importantes dans le tibia/mollet au point où je n’arrive plus à marcher sans douleur. Je vais essayer de trouver une solution parce que c’est quelque chose que j’ai bien aimé l’été passé. On est tellement stationnaires à la maison qu’il faut se trouver des raisons de bouger.

Sinon, je ne parle pas beaucoup de mon mari. C’est parce qu’on a des horaires très décalés donc à part manger et regarder des films ensemble, c’est dur de faire des activités. D’autant plus qu’avant avril, ni un ni l’autre avait un job permanent. Avec l’incertitude qui diminue et l’arrivée du mois de juin, nous aurons deux jours de congé ensemble… en espérant juste qu’il ne retourne pas à un horaire de nuit !

Le grand gagnant de la COVID, il n’a même pas de couvre feu 😀

Par Cynthia

Montréalaise en escale à Paris.

4 commentaires

    1. Merci ! J’ai toujours l’intention d’écrire et d’aller lire les blogues que j’aime mais la fatigue gagne la plupart du temps 🙁

  1. Je vois autour de moi deux types de situation : les gens involontairement au chômage à cause des restrictions et les gens débordés qui continuent à travailler. Ni l’une ni l’autre de ces situation n’est enviable 🙁

    J’espère qu’on s’en va vers des mois meilleurs!

Répondre à Zhu Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *