Appartements, soleil et alcool

 

_MG_3453
C’est une grosse semaine pour nous car samedi on a fait notre grand retour sur le marché de l’immobilier parisien. Nous avions cherché un 40 m2 entre 2009 et 2010. Nous avions fait au moins cinq offres d’achat durant cette période mais elles avaient toutes été refusées.
Que voulez-vous, nous tentions d’acheter dans un moment d’euphorie où en plus des prix qui s’enflammaient, beaucoup de gens payaient leurs appartements un espèces trébuchantes et sonnantes. Nous n’avions que 40% à 50% en apport et un seul salaire, nous étions des petits pauvres.
Ce que je trouve assez étrange c’est que les gens en France ont peur des crédits, même des hypothèques. Cette méfiance naturelle envers les emprunts se retrouve tant du côté des emprunteurs qui ont de la difficulté à accepter le fait de demander un crédit, que du côté des vendeurs voient d’un oeil méfiant les gens qui demandent un crédit pour acheter.
Il faut dire que les banques françaises prennent plus d’un mois avant de donner une réponse pour l’acceptation ou non du dossier pour l’hypothèque. Rien à voir avec les banques au Québec qui donnent leur réponse en une semaine, au maximum. Je ne sais pas pourquoi il y a une telle disparité. Peut-être parce qu’en France il n’y a pas de Big Brother du crédit comme Equifax* ?
_MG_3505
Pour l’édition 2012 de la chasse à l’appartement, notre apport a augmenté et le budget aussi grâce à mon salaire. On aimerait bien acheter un 60m2 avec un balcon et préférablement une salle de bain et des fenêtres.
Après maintes discussions, on a décidé qu’on resterait à Paris coûte que coûte. D’abord parce qu’il hors de question de prendre le RER: Il faut pouvoir rentrer à l’heure pour Monsieur Akira et on passe beaucoup de temps dans Paris les soirs et les week-ends. Il y a bien sûr les banlieues à métro mais celles qui me plaisent le plus sont dans le 93, un département qui a beaucoup de difficulté à traiter les cartes de séjour. Et puis les impôts locaux et les taxes foncières sont beaucoup plus élevées en banlieue (bien souvent de deux à trois fois).
J’ai déjà visité quelques appartements dont une maison de ville très mignonne mais pas du tout adaptée à nos besoins. On verra bien mais je suis contente de voir que cette fois-ci le vent à un peu tourné en notre faveur.
Au moins cette nouvelle recherche d’appartements se fait sous le soleil printanier qui réchauffe les rues de Paris et crée du smog depuis environ deux semaines. Grâce au printemps je peux enfin retourner manger  mon sandwich au jardin des Tuileries, ça coupe bien la journée et ça me permet de vraiment relaxer. Quand je suis assez en forme je lis un peu mais quand la fatigue l’emporte je somnole au soleil, c’est quand même pas mal!
Où est passé le printemps?

Le seul problème avec ce printemps hâtif ça incite à se poser sur une terrasse de bar pour profiter un peu du soleil surtout que notre appartement actuel est exposé plein nord, il est aussi lumineux qu’une grotte.

_MG_3495

 

Une fois assise au soleil, ça donne envie d’essayer des cocktails exotiques et puis il n’y a pas de happy hour sur les cocktails non-alcolisés et les boissons gazeuse. Le premier terminé on a envie de rester flâner et puis on en prend un deuxième.

Ensuite on va manger et comme d’habitude un bon repas s’accompagne de vin rouge. Difficile de se débarrasser de cette habitude car tant dans la famille de chéri que dans la mienne il est rare d’être assis à la table sans vin. Sauf que les vins n’ont plus le même degré d’alcool que quand j’avais 13 ans, la semaine dernière nous sommes tombés sur un vin à 14.5 % de taux d’alcool! Disons que c’est un peu trop fort pour un soir de semaine.

CIMG4850
Tout ça pour en venir au fait que le stress de la recherche d’appartements, le soleil et surtout les verres pris au soleil font que je suis hyper ballonnée (j’ai une bouée de sauvetage dans mon pantalon) et j’ai souvent mal à l’estomac en ce moment. J’ai donc décidé de ne pas boire d’alcool pendant au moins une semaine.
C’est difficile parce que, sans avoir une sensation de manque, je dois tout de même me départir de mes habitudes. Surtout qu’il me semble qu’un bon steak c’est meilleur avec un bon verre de vin de rouge mais bon en ce moment j’ai autant de difficulté avec le vin qu’avec le steak!

 

_MG_3474

 

Voilà donc ce qui se passe avec moi en ce moment. Maintenant je file vers une énième visite d’appartement.

*Equifax est une agence de notation de crédit qui note la solvabilité des particuliers. Ils détiennent énormément d’informations sur la majorité des citoyens du Canada. D’un côté ça fait peur car c’est un fichage très complet détenu par une société privée mais de l’autre ça permet aux institutions financières de déterminer très rapidement votre solvabilité.

9 Commentaires

  • Bon courage pour la recherche! Je trouve que la méfiance des Français à l’égard du crédit a quelque chose de sain. Il y a des organismes peu scrupuleux de crédit qui accordent à tout va, et c’est un facteur non-négligeable du surendettement. Au Canada, Equifax a des avantages, mais aussi des inconvénients. Pour un « nouvel arrivant » comme moi quand j’y ai déménagé, un adulte sans aucun Credit History, les banques et vendeurs de cartes de crédit faisaient les yeux ronds, tenant souvent un discours du genre « vous n’avez pas d’historique, on ne peut pas vous donner une Visa/Mastercard chez nous, Monsieur ». Ou bien « on vous en fait une, mais à 19% d’interêts, et plafonnée à 500$ ». L’historique de crédit, pour moi, c’est une bonne chose si on en a déjà un, mais ça freine l’intégration des étrangers dans l’économie du pays…

    • C’est sain mais en même temps je dirais que sans agence centrale qui contrôle tout c’est un peu le free for all avec tout le monde et n’importe qui obtient des crédits donc les dossiers en surendettement augmentent. Mais bon je ne crois pas qu’Equifax réglerait ce problème mais plutôt qu’il faut plus de culture économique.

      Tu sais pour la carte de crédit même en tant que canadien c’est 19% d’intérêts par mois, le secret c’est de rembourser en temps et en heure.

    • Oui je remboursais toujours à l’échéance (ma carte me le permettait). Mais avec les limites de dépenses de la carte de débit, et de ma première carte de crédit, le premier passage chez IKEA pour me meubler fut plus que laborieux… :D.
      Je pense qu’une agence de type Equifax peut aider, mais pas en l’état. La décision d’accorder un crédit ne peut se limiter sur l’historique d’une personne. Les gens changent, la conjoncture aussi, une personne qui vient de retrouver un travail stable après de longues années de galère et a besoin d’un coup de pouce pour redémarrer, une fois épongé ses dettes, ne devrait pas être super-pénalisé par son historique…
      Et je suis d’accord, une meilleure culture/éducation économique est nécessaire. Je n’ai pas eu de problèmes de remboursements, parce que j’ai horreur de vivre à crédit, et ne dépensais jamais plus que ce que je savais avoir sur mon compte. Pour justement pouvoir payer la totalité à l’échéance…

  • J’espère que vous trouverez votre bonheur ! Les prix de l’immobilier en tout cas par chez moi sont en train de sacrément baisser là… la semaine dernière un corps de ferme s’est vendu 120 000€ pas loin d’ici alors que l’année dernière il en aurait valu pas loin de 200 000… (c’est dérisoire par rapport aux prix parisiens, soit !)

    • Même à Paris on revoit certains appartements repasser dans les annonces avec des prix moindres et de toute façon avec les nouvelles taxes sur les plus value, les gens proposent des prix un peu plus raisonnables. Enfin!

  • La dernière photo est SUBLIMISSIME!
    Je te souhaite de trouver un appartement au plus vite et qui convient à vos besoins!
    Tu m’as donné une irrésistible envie de cocktail… grr!
    Bises =)

  • La recherche d’un appartement est aussi une histoire qui dure depuis 2 ou 3 ans ici ! Nous étions même allés jusqu’à la promesse de vente une fois !

    • C’est fou combien ça peut-être long! Mais bon ça commence à être urgent dans notre cas parce que c’est vraiment trop petit et mal foutu chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *