Le Douanier Rousseau, L’innocence archaïque au Musée d’Orsay

Exposition Le Douanier Rousseau, L'innocence archaïque au Musée d'Orsay
Le rêve de Henri Rousseau

Dès que j’ai vu les affiches dans le métro annonçant la nouvelle exposition temporaire du Musée d’Orsay sur le Douanier Rousseau, je me suis précipitée pour acheter des billets. Mon premier contact avec l’œuvre de Rousseau se perd dans les brumes de mon enfance quand dans un film, un personnage est sorti du tableau intitulé Le Rêve (ci-dessus) *. Je me souviens avoir été frappée par l’étrangeté du tableau et de sa végétation luxuriante.

D’ailleurs, ce que j’ai toujours aimé chez ce peintre est ses paysages végétaux constitués de jungles exotiques, denses et impénétrables. Ces tableaux cultivent le mystère avec des animaux cachés dans les branchages. Des animaux aux airs fantasques sortis de l’imagination du Douanier Rousseau qui n’a jamais voyagé, mais qui se plaisait à représenter la faune telle qu’il l’avait vue dans les livres ou observée au Jardin des Plantes.

Ne connaissant que les jungles d’Henri Rousseau, j’étais curieuse de découvrir l’ensemble de son œuvre. Dans ses premières toiles, on retrouve l’étrangeté que l’on peut ressentir devant ses jungles, mais dans celles-là on a l’impression que tout part de traviole avec des proportions irréelles, une perspective inexistante, des personnages peints en aplats et un dessin manquant de naturel. Souvent, je sentais une répulsion pour ses toiles tout en restant fascinée par elles. Elles semblent éminemment naïves, mais quelque chose d’indéfinissable les élèvent en art.

Jeune fille à la poupée - Peinte par Rousseau à droite et Picasso à gauche
Jeune fille à la poupée — Peinte par Rousseau à droite et Picasso à gauche

Dans l’exposition du musée d’Orsay, on sent une volonté de rétablir la réputation de ce peintre autodidacte qui a longtemps été mis à part et taxé d’amateurisme, car il n’était ni académique ni partie prenante des nouvelles écoles de peinture de son époque. Pourtant, ses œuvres, annonçant les prémices du surréalisme, ont su trouver écho chez des artistes d’avant-garde, dont Picasso.

La dernière section de l’exposition est consacrée à ses jungles, ses tableaux que je trouve les plus aboutis. Quelle chance que de pouvoir admirer « en vrai » Le Rêve, cette immense toile de 3×2 m qui appartient au MoMa de New York ! C’est dans cette salle où j’ai passé le plus de temps, j’en ai fait le tour au moins trois fois pour imprimer dans ma mémoire ces toiles à la végétation si singulièrement expressive. Quel dommage que les images trouvées dans les livres ou sur internet ne rendent pas hommage aux infinies nuances de vert utilisées par Rousseau !

LE DOUANIER ROUSSEAU, L’INNOCENCE ARCHAÏQUE AU MUSÉE D’ORSAY
Hypnotique : La Charmeuse de Serpents (1907)

Malgré la foule, j’ai au du plaisir à voir cette exposition sur l’œuvre d’Henri Rousseau qui m’a permis de connaître ses toiles moins célèbres, mais aussi d’admirer ses chefs-d’œuvre. Par contre, j’aimerais souligner la pratique désagréable du Musée d’Orsay de mettre au même prix ses expositions temporaires et sa collection permanente, car cela fait une entrée assez chère quand on ne souhaite que visiter l’expo. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’y vais rarement, mais j’étais prête à faire une exception pour cette exposition temporaire fascinante.
Pour terminer, et à la demande générale, la chanson que j’ai eue en tête tout au long de l’exposition :

Le Douanier Rousseau, l’innocence archaïque

Au Musée d’Orsay, jusqu’au 17 juillet 2016
Horaires : de 9 h 30 à 18 h, nocturnes le jeudi jusqu’à 21 h 45, fermé le lundi
Tarif adulte : 12 € (billet unique pour les expositions temporaires et la collection permanente)
Les photos sont autorisées sauf dans les expositions temporaires.

Je n’arrive plus à me souvenir dans quel film a eu lieu cette scène, il me semble que c’est dans un film des Contes pour Tous de Rock Demers. Si par hasard vous savez dans quel film ce tableau a été représenté, merci de me l’écrire dans les commentaires. Retour ^

Mots-clefs
,

8 Commentaires

  • Sympa, j’aurais bien aimé la voir. Je connais très peu ses oeuvres. Je vais essayer de me rabattre sur Picasso qui est à l’honneur à la Galerie des beaux-arts ici…

  • Je me rappelle de mes cours d’histoire de l’art au cégep (je les détestais parce que la prof était folle) et des amis avaient fait un exposé sur le Douanier Rousseau.

  • dommage, je n’ai pas prévu un we à Paris ces prochains temps, car c’est une expo que j’aimerais bien voir, et que tu as très bien « vendue »!
    j’espère que tu vas mieux, des bises de Bretagne

    • C’est dommage, mais tu as encore le temps l’expo reste à l’affiche jusqu’en juillet.

      J’arrive maintenant à m’en sortir sans anti-douleurs, je suis contente mais il reste encore un petit bout de chemin !

  • J’avais adoré voir Le Rêve au MoMa et j’aurais tellement aimé voir toute l’expo à Paris, À défaut, j’ai missionné une amie pour qu’elle m’achète une affiche ^^…profite bien de l’offre culturelle parisienne 😉

    • C’est l’expo d’Hermès à Montréal que j’aurais bien aimé voir moi … mais ils ont déjà annoncé que les objets ne seraient pas montrés ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *