D’où je viens


Notice: Undefined variable: standard_size in /home/cynthia4/public_html/wp-content/themes/simplemag/formats/format-standard.php on line 25

Mon père vient tout juste de m’envoyer des photos de famille de la fin des années 1940. Ça fait drôle de les regarder car parfois j’essaie d’imaginer, sans grand succès, ce passé agraire que je n’ai pas connu. Pourtant j’ai eu beaucoup de chance et j’ai connu deux de mes arrières grand-mères ainsi qu’un arrière grand-père et tous mes grands-parents. Par contre, je ne me souviens pas d’avoir vu de photos de cet arrière grand-père que je n’ai pas eu la chance de rencontrer. J’ai trouvé cela très émouvant de le découvrir grand et fier sur sa terre en 1947.

En fait, peut-être que j’avais déjà vu cette photo en compagnie ma grand-mère qui tournait les pages de ses grands albums photos. Elle avait l’habitude de tourner les pages de la famille de mon grand-père plus rapidement en se bornant à un commentaire sur la pauvreté de cette famille qui était, selon elle, lisible sur leurs vêtements. Elle préférait me parler de sa famille, ce qui est normal après tout.

En 1945
Plus j’y pense, plus que je me dit que j’ai dû le voir dans des photos où il était enseveli sous sa progéniture de bonne famille catholique du milieu du XXe siècle. Les familles étaient tellement nombreuses que c’est difficile de détacher les individus de la masse et les photos de cette époque ont donc un impact visuel assez confus.
Quoi qu’il en soit, j’ai été particulièrement contente de recevoir ces photos dans ma boîte de réception! Ça apporte un certain réconfort de savoir d’où je viens et que tous ces gens m’ont précédé sur cette terre. Ce l’est d’autant plus que je connais la grande majorité des gens sur cette dernière photo ainsi que leurs enfants et bien souvent leurs petits-enfants. Ça fait une grande famille surtout que chez ma grand-mère il y avait autant d’enfants et ils sont restés très proches. Ses frères et soeurs font donc aussi partie de ma vie.
Cette famille, c’est aussi pourquoi il est si difficile pour moi d’envisager une vie à très long terme en France. Passer d’un dîner en famille de plus de 20 personnes où les éclats de rire fusent à un grand maximum de cinq personnes sagement attablés pour la famille de Chéri, je trouve ça abominablement triste. Le temps passe et je me dis que je n’ai pas envie d’avancer seule dans la vie …
Étiquettes

6 Commentaires

  • « j’ai connu deux de mes arrières grand-mères ainsi qu’un arrière grand-père et tous mes grands-parents. « 

    Comme toi. On a fréquenté jusqu’aux cousins issus de germains de mes grands-parents (et tous leurs descendants). Même si les fratries françaises étaient moins nombreuses qu’au Québec, ça faisait du monde.

    Peut-être qu’on envisage la famille différemment de ceux qui n’ont connu que de petites familles.

    Nos Noëls vont pourtant ressembler de plus en plus à ceux de ton chéri, puisqu’il n’y aura plus d’enfant… mais c’est la vie.

    C’est précieux de savoir d’où l’on vient. Ça aide à savoir où l’on va.

  • Je pense que ça nous manque tous, nous qui sommes expatriés (es), la famille, la complicité avec eux, les souvenirs de bons moments passés ensemble…

    C’est beau de voir de vieilles photos comme ça 🙂

  • C’est justement ce genre de réflexion qui m’a fait revenir vers notre beau pays… j’avais besoin d’être près des miens, de ravoir des fous rires et de respirer le bonheur! 🙂

  • J’ai eu cette même impression quand j’ai vu les photos de mes grands-parents que mon père a digitalisées. On se rend compte de notre relative insignifiance, mais aussi de prendre conscience que l’on fait partie d’une lignée et que l’on a des racines.

    Et les grands soupers familiaux me manquent aussi. Ici en Angleterre, les gens mangent devant la télévision, qu’ils soient en couple ou en famille.

  • nimportenaouak: Ha pour ça oui 🙂

    Olivier: C’est vrai que nos vies vont de plus en plus ressembler à celle de la famille de mon compagnon 🙁 J’aimerais bien croire qu’on va rester soudés avec mes cousines mais je crois que c’est illusoire malheureusement! Il va falloir essayer de compenser avec des amis peut-être!

    Shandara: Je pense effectivement que si je reviens ça va être pour les mêmes raisons!

    La Madame: Ca serait le fun de pouvoir s’expatrier en gang avec toute la famille 😉

    Guillaume: Beaucoup de jeunes à Paris aussi mangent devant la télé … malheureusement les tables c’est pas facile à caser dans un mini apart 🙁

Répondre à La Madame Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *