Cinq choses qui m’ont surprise en Floride

Palmiers de Floride

Les États-Unis sont un pays que je connais depuis que je suis toute petite, en raison de sa proximité avec le Québec, j’y ai séjourné de nombreuses fois. Pourtant, je réalise que même si c’est un endroit qui m’est familier, mes connaissances de celui-ci en sont plutôt superficielles : je connais bien le système politique et la culture américaine, mais je ne sais pas ce qui se passe vraiment derrière les portes closes des chaumières.

C’est peut-être le fait d’habiter en France depuis plusieurs années qui m’offre un effet encore plus contrasté qu’à l’habitude, mais j’ai été surprise par au moins cinq choses pendant mon séjour en Floride.

Plage de Floride

1. Les États-Unis ne sont plus une destination bon marché

Il y a quelques années encore, nous partions vers les États-Unis avec des valises vides en prédiction des nombreux achats que nous comptions y faire. Les prix qui étaient bien meilleur marché qu’en France ou au Québec nous permettaient de faire des petites folies.

Pourtant, cet été on s’est rapidement aperçus que les prix là-bas ont bien augmenté. Par exemple, avant mon départ j’avais l’idée d’acheter ma caméra GoPro sur Amazon et de la faire livrer à une adresse aux US. Heureusement que j’ai pris le temps de regarder le site français, car l’appareil photo y était moins cher. Ce cas de figure s’est répété à propos de nombreux achats que je comptais faire là-bas.

J’ai trouvé qu’on n’y fait plus d’aussi bonnes affaires qu’avant, et ce même dans les outlets. Il faut dire qu’en France depuis quelques années les ventes privées et les solderies (discount) sont devenues de plus en plus populaires et nous ont habitués à des prix assez bas.

Dans les restaurants, j’ai trouvé qu’une fois qu’on avait additionné les taxes et les pourboires, nos repas étaient plutôt chers, même pour les Parisiens que nous sommes. J’ai eu l’impression que pour le même prix qu’à Paris, on mangeait des plats de moins bonne qualité.

En plus de l’inflation des prix, au moment de notre visite l’Euro avait une valeur approximative de 1,10 $. Autant faire ses courses en France malgré la TVA à 20 % (ou au Canada avec le dollar qui est très bas) !

Bar en Floride
Il y a toujours un pot pour les tips

 

2. Des serveurs moins aimables que les garçons de café parisiens

J’ai moi-même été coupable de perpétuer le mythe selon lequel les serveurs étaient plus agréables en Amérique du Nord qu’en France parce qu’ils percevaient une partie de leur salaire en pourboires laissés à l’appréciation des clients. Pourtant, ça faisait longtemps que je n’avais pas eu de serveurs aussi désagréables et incompétents !

La plupart des serveurs parisiens ne se sont pas improvisés, c’est un vrai métier et ça paraît. J’ai trouvé ça hyper déplaisant de se faire retirer son assiette en même temps qu’on nous demande si l’on voulait du dessert avant que les autres convives aient terminé de manger ou se faire demander 25 fois si tout allait bien ou qu’un serveur insiste carrément pour enlever un plat qui n’était pas fini. L’endroit où l’on a reçu le meilleur service, j’ai rapidement découvert que le serveur était français ! Aussi peu savoir vivre au restaurant, ça n’arrive pas souvent en France… ni au Québec !

En plus, sachant qu’ils gagnent un taux horaire de 3 $, on se sent mal de ne pas donner de pourboire donc on en laisse même si la personne qui nous servait a réussi à rendre notre repas désagréable.

3. De la musique omniprésente (et forte!)

Restaurant, boutique ou boîte de nuit, difficile de les distinguer par le simple niveau sonore régnant à l’intérieur de ceux-ci. Si c’est comme ça, c’est que ça doit plaire à certaines personnes, mais j’ai trouvé ça vraiment désagréable de devoir hausser le ton pour parler à ma sœur assise l’autre côté de la table.

Comme souvent la musique était forte, il fallait parler encore plus fort ce qui faisait beaucoup trop de bruit pour pouvoir manger normalement. Ce n’est pas étonnant que les Américains aient utilisé les chansons de Britney Spears et Metallica comme torture dans les prisons irakiennes : ça fonctionne très bien.

C’est marrant parce qu’avant quand nous habitions à Montréal, Pedro se plaignait tout le temps du bruit omniprésent aux USA et je trouvais qu’il exagérait. En France, c’est plutôt rare d’entendre dans la musique dans les restaurants et elle se fait discrète dans les boutiques. Après sept ans à Paris, je m’y suis habituée et du coup cet amour des Américains pour une bande sonore forte m’a dérangée.

Cocktail Floride
Je me suis quand même autorisé quelques cocktails, mais ils font grimper l’addition bien plus vite qu’une bière!

4. Un grand choix de bières, dont plusieurs Micro-brasseries

Je ne suis pas une buveuse de bière et jusqu’à il y a peu de temps, une seule gorgée suffisait pour me donner la nausée ! Mais bon, j’aime bien prendre un petit verre de vin au restaurant et le choix entre piquette blanche ou piquette rouge ne m’enchantait guère. J’ai donc imité le reste de la famille qui se voyait toujours proposer une dizaine de choix de bières tant domestiques que de micro-brasseries.

Comme je n’avais pas l’habitude d’en boire, j’ai commencé avec de la Bud Light une bière très légère, sans amertume et sans goût. Petit à petit, je suis venue à goûter les Blue Moon ou les New Belgium et c’était pas mal. En revenant à Paris, j’ai été choquée par le choix de bière anémique dans les bars : Leffe ou 1664… il faut se tourner vers la carte des vins ;).

Repas maison spaghetti
Point 2 +3 +5 = Il vaut mieux se louer une chambre avec kitchenette ou un appartement

5. On trouve le meilleur comme le pire dans les supermarchés

À la suite de nombreuses mauvaises expériences, je fais toujours très attention aux États-Unis à ce que j’achète à l’épicerie : une seconde d’inattention et on se retrouve vite avec un produit trop salé, trop sucé ou trop gras. Il faut bien lire les étiquettes parce qu’on peut avoir des surprises même avec les produits qui nous semblent banals (je suis traumatisée par des pogos sucrés). Par ailleurs, il y a beaucoup d’additifs alimentaires qui sont toujours autorisés aux USA, mais qui sont bannis en Europe ou au Canada.

Alors que je traquais consciencieusement les produits contenant du BHA/BHT, de l’huile hydrogénée ou du glucose-fructose, je me suis aperçue qu’il y avait aussi plein d’aliments que je cherche désespérément à Paris. Ainsi, on trouve facilement du tofu fermenté, toutes sortes de noix, des graines de chia, du chou kale, du beurre d’arachide sans additif… c’est presque le paradis ! Tous ces aliments sains se trouvaient aisément dans un super marché normal (Publix), je vous laisse imaginer la caverne d’Ali Baba qu’est Whole Foods, un supermarché exclusivement bio américain !

Plage de Clearwater en Floride

Le bilan de notre voyage en Floride est positif malgré tout!

Oui, la musique et les serveurs m’ont vraiment énervée et c’était un sentiment partagé par le reste de notre petit groupe. Du coup, on a rapidement troqué les chambres d’hôtel pour des suites avec kitchenette ou des appartements. Même si ce n’était pas possible d’éviter complètement les restaurants, y aller moins souvent nous a fait beaucoup de bien! Une caisse de bière, une salade au chou kale et des hamburgers végés, nous avons eu plus de plaisir à manger tranquillement ensemble!

Je continue de trier mes photos pour vous montrer les belles choses!

19 Commentaires

  • La musique forte on la retrouve malheureusement au Québec dans les magasins de vêtements. Parfois je n’achète pas car la musique me tape sur les nerfs. Mais ça dépend des coins de la France tu sais, quand j’étais dans le coin de Lille en 1997 il y avait de la techno à tue tête dans certaines boutiques.

    • Je te comprends de ne pas acheter!

      Ça se peut très bien, je ne magasine pas beaucoup mais ça ne m’est pas encore arrivé d’entre de la musique très forte dans une boutique à Paris.

  • Complètement d’accord sur les supermarchés. Finalement, en Ontario (et je pense dans la plupart des provinces anglophones), on a « le meilleur » des produits américains (et puis aussi des produits internationaux, notamment européens comme au Québec). J’ai été dans des supermarchés américains où j’ai fait un gros « WTF?! » Genre désert alimentaire, quoi.

    Pour le reste, je ne connais pas assez les USA, et pas du tout la Floride. C’est vrai que les USA sont redevenues chères :-/

    • Je me souviens dans certaines épiceries, genre au Lake George (NY), où tout avait l’air horrible !

      C’est d’autant plus vrai que les USA sont devenus chers que le dollar Canadien a beaucoup baissé en comparaison de sa contrepartie américaine!

  • Moi qui y vais assez souvent
    J’adore ce pays, pour la richesse culturelle, et les gens surtout
    Je les trouve d’une gentillesse incroyable
    Pour ce qui est des prix, j’y suis allée à des périodes ou la valeur dollar/euro était encore hyper intéressante
    J’y achète toujours des baskets récents modèles à bas prix et j’suis toujours ravie
    Mais effectivement, autant avant s’acheter un iPad et le ramener en france c’était avantageux
    Autant maintenant moyen hein….
    Mais je continuerais d’y aller
    Gros coup de coeur pour toutes les villes que j’y ai visité :p <3

    • C’est sûr que même si c’est devenu cher, ça n’enlève rien à la gentillesse des américains et à l’incroyable diversité que l’on trouve aux USA 🙂

  • Effectivement, avec le taux de change plus tellement à notre avantage, plus l’évolution des prix sur place, on peut être déçus de ne pas se sentir « riches » comme avant. En général, j’arrive toujours à trouver quand même quelques vêtements que je n’achèterais jamais ici à cause du prix trop élevé.
    Pour les serveurs, c’est étonnant dis donc, tout fout le camp ! Pour la musique, effectivement je l’avais remarqué lors de mon dernier voyage, et c’est vrai que ça donne plutôt envie de fuir.
    Je repars l’année prochaine pour un nouveau périple, donc merci de tes petits conseils, on est avertis maintenant…

  • A Miami j’avais aimé l’ambiance cubaine et l’architecture des buildings. J’avais pas aimé le côté bling bling. Sinon, j’ai de très bons souvenirs des Everglades.

    • Le côté bling bling est très spécial, ma soeur qui habite là-bas m’expliquait que beaucoup de gens veulent paraître riches par tous les moyens (voitures, vêtements de luxe) même si leurs finances ne leur permet pas et qu’au final ils ont de la difficulté à payer les choses nécessaires!

  • Pour les pourboires, c’est bien simple, si le service est minable, je laisse moins que les « 10% » habituels. Ils savent que leur pourboire dépend de leur comportement… mais si tout le monde se contente de toujours mettre le montant habituel sans se poser de questions, ils ne risquent pas de changer leurs manières…

  • La Floride est en même temps tellement atypique aux Etats-Unis, que plusieurs de mes amis américains (urbains), ne comprennent pas non plus ce qu’il s’y passe, du tout 🙂

  • j’étais en août aux Etats Unis, et je suis d’accord avec toi, pour le dollar , avec le change, 1 dollar=1€ , le bruit (oui, la musique trop forte =du bruit) dans les resto, obligée de crier au lieu de parler, le choix++ des bières, et While Foods, le PARADIS!
    mais nous avons toutes les deux fait un beau voyage, n’est ce pas? rien de plus dépaysant que les moeurs et la vie étatsunienne..
    grosses bises du soir Cynthia

  • alors la…. je suis allée l’année dernière aux usa : californie, vegas et floride…. je ne reconnais pas du tout le pays que j’ai visité dans tes propos… Le service y est irréprochable au contraire de Paris et de la France en général… le prix sont supers abordables (budget de 100 euros pour 2 adultes par jour et on était larges….). Et quant à la musique trop forte… ce n’est pas pire qu’ailleurs, c’est sur que si tu vas dans des restos branchés de Miami Beach…

    • J’ai trouvé que les serveurs manquaient vachement de professionnalisme à savoir quand apporter les plats, quand dé-servir les assiettes, etc. ce que même le plus gronchon des garçons de café de Paris fait instinctivement. Bien sûr le serveur en France ne vient pas nous voir cinq fois pour nous demander si tout va bien, mais au final il y a plus de savoir vivre.

      On a surtout mangé dans des restaurants indépendants parce que nous avions envie de bien manger et d’encourager des entreprises locales. Encore une fois, je trouve qu’à prix égal (une fois les taxes et les pourboires ajoutés) le rapport qualité-prix et largement meilleur à Paris. Et non, je ne suis pas allée à Miami.

      Après pour les prix, le dollar américain était fort (tant vis-à-vis l’Euro que le Dollar Canadien) au moment où j’y suis allée. Du coup, oui ça a été plus cher que d’autres voyages que nous y avons fait depuis ces trente dernières années.

      Si tu as passé un super séjour aux USA, tant mieux parce que moi aussi! C’est juste que ces 5 points qui ont été moins bien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *