Au Paradis des fraises : auto-cueillette de fruits délicieux à Lavaltrie

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

Alors que les règles du confinement se sont assouplies, ma mère nous a invités à aller cueillir des fraises dans un champ. Quand j’ai demandé à mon mari si ça l’intéressait, il m’a répondu : « Quoi on a le droit de faire ça ? » Il ne connaissait pas cette activité assez populaire au Québec qui consiste à ramasser des fruits chez le producteur et lui payer ce que l’on a récolté. Il y en a pour toutes les saisons : fraises, framboises, bleuets, pommes…

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

Nous sommes donc partis à l’endroit où ma famille va depuis plusieurs années : Au Paradis des fraises à Lavaltrie dans Lanaudière. La route se fait très bien à partir de Montréal, il suffit de quarante minutes pour se rendre en longeant l’autoroute 40.

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie
Mon mari respectant les consignes sanitaires

À l’entrée, sur le rang Point-du-Jour, en nous donnant les paniers en carton, on nous a bien expliqué les consignes sanitaires à respecter à cause de la COVID-19 :

  • Port du masque obligatoire (apportez le vôtre, sinon ils en vendent à l’entrée)
  • Lavage des mains obligatoire lors de l’arrivée à la zone de cueillette
  • Interdiction de manger des fraises dans les champs
  • Respecter la distanciation physique de deux mètres avec les autres cueilleurs

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

Nous nous sommes stationnés en bordure de la route menant au champ qui nous avait été assigné. De belles petites fraises bien rouges nous attendaient. Chacun armé de son panier de trois litres, nous nous sommes mis à ramasser les fraises bien mûres.

La grande différence entre l’auto-cueillette et l’achat de fraises du Québec autre part, c’est des fruits cueillis juste à point. Il n’y a pas de transport à prendre en compte, mais ça veut aussi dire qu’il faut les manger rapidement.

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

Le plus dur a été de résister à goûter les fraises directement dans le champ. Habituellement, on en profite pour en dévorer quelques-unes au passage ! Mais c’était interdit, car en temps de pandémie, porter sa main à sa bouche pour ensuite toucher la plante ce n’est pas une bonne idée. D’autant plus que pour en manger, il faudrait manipuler son masque.

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

La cueillette a été assez rapide après qu’un employé nous ait indiqué où se trouvaient les plans sur lesquels il restait le plus de fruits. Ils nous a fallu environ trente minutes sur place pour remplir un panier chacun en prenant tout notre temps.

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

C’était une belle sortie et j’étais bien contente qu’il y ait des toilettes accessibles en bordure du champ. Au Paradis des fraises propose plusieurs variétés de fraises, au moment où nous étions allés (fin juin) nous avons cueilli leur variété hâtive.

Auto-cueillette au Paradis des Fraises à Lavaltrie

Au Paradis des fraises

230 Point-du-Jour sud, Lavaltrie, J5T 3P4
Tél.: 450-586-1924

  • À 40 minutes de Montréal en voiture (autoroute 40E, sortie 100)
  • Panier de 3L environ 8$ (06/2020)
  • Argent comptant seulement
  • Toilettes accessibles
  • N’oubliez pas votre masque (COVID-19)

6 Commentaires

  • Ohhhhh que ça devait être chouette en effet 🙂 On faisait ça quand j’étais jeune, avec ma famille, comme il y avait des champs de fraises et des vergers juste à côté de chez nous (maintenant ce sont des immeubles…). On avait un champ de fraises juste à côté de l’école, aussi, et je peux te dire qu’à chaque pause on allait picorer quelques fraises… le goût de l’interdit les rendait encore meilleures 😉 (Je suis pratiquement sûre que l’école devait payer ces pauvres agriculteurs pour leur rembourser toutes ces fraises volées par tous les élèves à chaque pause…).

  • Il y a pas de bonnes fraises comme celles du Québec. Mais j’avoue que je préfère cueillir les framboises, les bleuets et les pommes. Les récoltes de fin d’été et d’automne. Ou les pommettes.

  • On avait étudié cette option avec une copine il y a une semaine ou deux, pour occuper les enfants… mais, ça n’avait pas l’air d’être possible (encore) ni à Ottawa, ni à Gatineau.

    Je n’ai jamais fait ça au Canada, ça me plairait assez. En France, j’ai un vague souvenir de sorties scolaires pour aller cueillir des pommes, mais je crois que ça se fait moins qu’ici.

    • Au Québec la cueillette des pommes est très populaire mais je pense que les enfants ne font pas tellement de sorties 🙁

      Le Québec s’est ouvert assez rapidement, j’ai l’impression qu’il va y avoir un retour à l’isolation parce que c’est comme si de ne rien n’était.

Répondre à Dr. CaSo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *