Découverte du Musée du Quai Branly à Paris

Tout comme Olivier, je suis passée au Musée du Quai Branly en début de mois. C’est un superbe musée, très moderne, qui  a été ouvert en 2006 sous les auspices de Jacques Chirac et qui s’intéresse aux arts non-occidentaux.

J’y suis allée lors d’un journée sombre d’hiver et je crois que c’était le meilleur choix que j’ai fait! Le musée était plongé dans la pénombre ce qui lui donnait des airs de mystère.

J’avais l’impression de me retrouver dans le premier jeu d’ordinateur « moderne » que j’ai eu: Shivers. Un jeu dans lequel des esprits-fantômes étaient cachés dans un musée de l’étrange abandonné où les artéfacts de civilisations disparues foisonnaient.

Les objets présentés sont superbes et bien mis en valeur par une scénographie moderne. Les salles sont ponctuées de points multimédias où l’ont peut regarder des films ethnographiques ou écouter de la musique liée au territoire des objets exposés.

J’ai beaucoup apprécié le fait que les objets exposés sont mis en contexte par des explications et des cartes. Ça change du Louvre où la majorité des explications se limitent à « poterie, 4e siècle » et où il faut donc avoir un bagage de connaissances pour réellement apprécier les collections.

Je crois que c’est peut-être un musée dont les collections sont plus facilement accessible. Lors de ma visite, il y avait un certain nombre d’enfants et ils avaient l’air beaucoup plus intéresses par les collections que dans les musées plus classiques où l’on trouve majoritairement des tableaux. D’ailleurs le musée du Quai Branly offre plusieurs activités spécialement pensées pour les enfants, dont des visites contées.

Ce musée a des détracteurs qui lui reprochent de mélanger une approche artistique (beauté) à une approche culturelle (usage ou scientifique) des oeuvres. Je comprend leur malaise intellectuel car beaucoup d’approches sont mélangées plaçant le musée du Quai Branly au carrefour de l’ethnographie, de l’artisanat, de l’archéologie et de l’art.

Mais bon, l’idée de ce musée a germée dans la tête de Jacques Kerchache qu’en 1990: Il voulait faire entrer les arts premiers, soit les arts des Amériques, de l’Asie, de l’Océanie et de l’Afrique, au Louvre. Il fut décidé de créer un nouveau musée qui serait créé à partir de collections de musées existants (le musée de l’homme et musée national des arts d’Afrique et d’Océanie).

La collection est effectivement assez disparate et donc le fil conducteur n’est pas toujours évident entre les différents objets. Ceci peut être expliqué par le fait que le musée a été construit tardivement. Les collections dépendaient de ce qui était déjà en stock car le pillage n’est plus politiquement correct et que les acquisitions demandent des sommes considérables.

Ceci étant dit, je considère plutôt le musée du quai Branly comme un énorme cabinet de curiosité rempli d’objets mystérieux rassemblant des oeuvres de l’Asie, l’Afrique, l’Océanie et les Amériques. J’ai trouvé ma visite ponctuée de musique agréable et très inspirante.

Comme j’ai beaucoup l’architecture moderne, j’ai aussi été séduite par le bâtiment dont les volumes ne sont pas cloisonnés de façon traditionnelle, on alterne donc entre l’immense salle, les mezzanines et de petites salles intimes.

Le magasin du musée du Quai Branly, qui est situé à l’extérieur, est rempli de jolis objets, de CD de musique et de livres aux titres aguichants. Comme j’aime beaucoup la musique du monde, je me suis laissée tentée par un disque de musique japonaise qui va du classique à la J-Pop. Je crois bien que j’y retournerais pour y acheter d’autre musique 🙂

Le jardin extérieur vaut aussi le détour, c’est un espace de tranquillité insoupçonné, situé presque aux pieds de la Tour Eiffel. J’ai hâte à l’été pour pouvoir venir en soirée me poser sur la terrasse du restaurant du musée qui a une très joli vue!

8 Commentaires

Répondre à chat-mallow Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *