J’aime caresser le nez des chevaux

Avoir un chien c’est aussi bloquer une journée de son week-end pour qu’il puisse se dégourdir les pattes. Samedi, comme le ciel gris n’annonçait rien qui ne vaille, nous nous sommes rabattus sur le parc de l’île St-Germain. C’est un parc relativement près de la maison et il y a deux enclos pour chiens où notre bête peut s’ébattre sans risque qu’elle s’échappe.

C’est aussi un parc où il y a des chevaux.

Une fois que notre bête est bien fatiguée, avant de rejoindre la voiture, je bifurque inlassablement vers l’écurie.

J’aime retrouver les chevaux, mais je prends surtout plaisir à les caresser sur leurs museaux. Quand ma main se pose entre leurs deux naseaux ondulants sur leur longs nez de velours, je ne peux de m’empêcher de penser à mon père qui m’avait appris à caresser les chevaux.

Quand j’étais petite, l’un de ses cousins possédait une pension équine en banlieue éloignée de Montréal. Lorsqu’on y allait, alors que mes parents étaient occupés à discuter avec la famille, j’errais dans l’écurie passant de box en box pour caresser ces animaux si grands mais d’une si grande délicatesse. Mon père m’avait bien montré à faire attention à ne pas se faire pincer car certains chevaux ont la coquine habitude de vouloir goûter les petites mains qui les caressent.

Avant de repartir en ville, je suppliais toujours pour monter un cheval. On me faisait alors monter sans selle et sans rênes pour un tour de manège extérieur. Je tentais tant bien que mal de me tenir en équilibre sur le cheval malgré ses déhanchements en me tenant bien fort à sa crinière.

Je devais avoir moins de 10 ans à l’époque mais pourtant je garde de cette période des images vives et une sensation de bonheur confus. J’ai toujours en tête la fois où la jument alezan sur laquelle on m’avait hissée s’était cabrée et m’avait envoyée par terre. Enfin, c’est ce qui serait arrivé si ma maman poule ne m’avait pas rattrapée en plein vol. J’ai eu une bonne frousse ce soir là mais aucun désamour pour les chevaux.

Je suis montée quelques fois depuis et je profite de toutes les occasions pour caresser ces animaux que j’aime tant car les bons souvenirs fusent lorsque je pose ma main sur leurs nez.

 

6156895854_059eb7b40b_z

 

Je rêve un jour d’avoir mon propre cheval  mais je ne sais pas si ça sera possible.

En attendant je me console avec mon autre animal favori: le chien. Akira a le nez nettement plus baveux mais il a au moins le chic de ne jamais me pincer.

6156895598_ebea4ca90e_z

 

Étiquettes
, ,

9 Commentaires

Répondre à Zhu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *