Cinq choses à retenir de mon week-end à Rome

Forum romain, Italie

Rome, une destination dont j’ai longuement rêvé pendant mes cours de latin,  pourtant je ne m’y étais jamais rendue de peur que la déception soit trop grande. Paris et Prague ont été de grandes désillusions pour moi, des villes trop fantasmées dont la réalité s’est révélée décevante. Depuis, j’ai aimé mieux privilégier des villes comme Liverpool ou Madrid où je n’avais aucune attente mais qui sont des destinations m’ayant laissé un très bon souvenir.

Et pourtant j’ai bien dû franchir le pas quand mon père m’a invitée à venir le rejoindre le temps d’un week-end à Rome. Avant de vous reparler de mon séjour et de trier mes centaines photos je voulais partager cinq choses qui m’ont marquées dans la ville éternelle.

  • Les tomates qui goûtent les tomates: incroyable mais vrai! Ne possédant plus de jardin, les tomates que je mange sont communément appelées « tomates de plastiques, » des fruits sans aucun goût. Du morceau de pizza à 1€ jusque dans les restaurant, j’ai été ravie de retrouver le vrai goût ensoleillé de mon fruit-légume favori. Juste pour ça, je reviendrai à Rome!
  • Le tourisme de masse est une réalité à Rome mais, la chapelle Sistine et le Colisée exceptés, j’ai trouvé que c’était beaucoup moins oppressant qu’à Prague. Il y a un nombre incalculable de lieux à visiter et on peut facilement se balader avec seulement une dizaine de personnes dans des ruines de thermes romains.

  • Le patrimoine romain est d’une richesse incroyable et toutes les époques y sont représentées. Je ne m’attendais pas à grande chose de ma visite à la Basilique Saint-Pierre de Rome mais j’ai été renversée par autant de beauté concentrée au même endroit. C’est beau, il y a des centaines de chose à voir et de balades à faire, Rome est une ville que l’on peut revisiter plusieurs fois sans se lasser.
  • Il faut avoir le cœur bien accroché pour traverser les rues qui sont pourvues de passages piétons mais qui semblent invisibles aux automobilistes et scootéristes. A côté des romains, les parisiens et les montréalais passent pour des gentleman de la route!
  • Au niveau de la sympathie, les gens qui travaillent dans le tourisme le sont de façon inversement proportionnelle aux romains rencontrés dans la rue. Reste que j’ai vraiment été charmée par l’attitude chaleureuse et souriante des romains dans les commerces mais aussi quand j’ai demandé mon chemin. J’ai beaucoup aimé le fait qu’on ne se formalisait pas de mon italien néandertalien mélangé avec de l’anglais – pas comme dans une certaine ville où j’habite et où on se plait à être impitoyables avec les touristes

En bonus:

  • J’ai adoré les aéroports italiens de Rome (Fiumicino) et Milan (Linate)! En plus de pouvoir manger correctement, il y avait même de la gelato ou encore de la mozzarella de buffala fraîche dans le terminal 1 de FCO. J’ai même eu le temps de faire des achats de maquillage chez Kiko durant mon escale à LIN. Ça change des sandwichs moisis de CDG.

Un week-end à Rome ce n’était pas beaucoup, mais assez pour avoir envie d’y retourner aussitôt que possible avec au moins un week-end entièrement dédié à la bouffe italienne et à l’achat de maroquinerie! Cet escapade m’a aussi donné envie de reprendre l’étude de langue italienne que j’avais entreprise à Montréal jadis mais que j’avais abandonnée faute de temps.

11 Commentaires

  • Pour le peu que j’en ai vu avec tes photos, ça m’a l’air magnifique et ça donne envie de visiter. Est-ce qu’il faisait chaud à mourir ou c’était confortable?. J’ai aussi voulu prendre des cours d’italien, malheureusement je m’y suis prise un peu tard, déjà 4 semaines de passées quand j’ai appelé. Je me reprendrai en janvier 🙂

    • Quand on y est allés la semaine passée, il faisait un peu plus chaud qu’à Paris et c’était pas mal humide. Par contre quand mon père y est allé début septembre, il a trouvé la ville très chaude!

      Est-ce que tu vas aller à PICAI? Dans le temps j’allais à l’école sur Christophe Colomb mais ils en ont plusieurs.

  • Que du positif alors! Je dois avouer que le tourisme de masse est l’une des raisons qui me font reporter un voyage en Italie. J’ai des souvenirs de Florence envahie par les Européens, et c’était il y a 15 ans!

  • Tiens, j’ai un oncle et tante en visite à Prague et ils ont été choqués aussi par la quantité de touristes :). J’avais visité Rome lors d’un voyage scolaire (j’étais ado), organisé par nos profs d’histoire et latin au collège… Pour avoir visité Naples dans le même voyage, je peux dire que les napolitains sont encore plus dangereux sur la route, c’est dire :S…
    Tu me donnes envie d’y retourner, un jour, pour me raffaichir la mémoire…

  • Je ne suis jamais allée en Italie. Ou plutôt devrais-je dire « pas encore »… mais le ton de ton billet me rappelle mon ressentiment lors de ma semaine passée à Athènes, avec des attentes bien particulières et surtout l’envie d’y retourner encore plus forte que la première fois.

  • j’y suis allée déjà 2 fois, plusieurs jours, et de revoir toutes les beautés de Rome m’a rendue encore plus accro! j’y retournerai ! bientôt j’espère!
    bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *