Lectures

// Lectures 2014 // Lectures 2013 // Lectures 2012 // Lectures 2011 // Lectures 2010 //
//Mes classiques // Légende // Décharge //

**Lectures 2014** (↑)

  • Griffintown (2012) de Marie-Hélène Poitras
  • La nuit des princes charmants (1995) de Michel Tremblay
  • L’envol des tourterelles; Ces enfants d’ailleurs T2 (1994) de Arlette Cousture
  • Moomin : Les aventures de Moomin, Volume 1 de Tove Jansson (2007, ed. française)
    Je connaissais surtout les moomins grâce au dessin animé japonais qui était diffusé lorsque j’étais enfant. Avant de partir en Finlande, patrie de l’auteure, j’ai eu envie de redécouvrir ces personnages. Les dessins de Jansson sont jolis et les histoires remplies de fantaisie, une BD plaisante à Lire.
  • Now you see her by John Patterson and Michael Ledwidge (2011) / Les griffes du mensonge
    L’un des pires romans qu’il m’a été donné de lire depuis très longtemps. Les personnages ne sont pas développés, l’histoire est naïve et le style d’écriture est attroce. Comme quoi deux têtes ne valent pas toujours mieux qu’une.
  • Holy Terror: Andy Warhol Close Up by Bob Colacello (1990)
    Une biographie très agréable à lire, je vous en parle par ici: Holy Terror.
  • Une histoire politique du pantalon de Christine Bard (2010)
  • In one person by John Irving (2012) / A moi seul bien des personnages
    Un roman que j’ai apprécié, j’en parle ici: A mois seul bien des personnages

**Score 2014**

8 lus

**Lectures 2013** (↑)

  • Danse Noire de Nancy Huston (2013)
    Mon avis sur Danse Noire
  • Paris sans le peuple de Anne Clerval (2013)
  • The Story of Art, 16e édition by E. H. Gombrich (2000)
  • Une nuit à Rome de Jim (2012)
  • Tu mourras moins bête : Tome 1 : La science, c’est pas du cinéma ! de Marion Montaigne (2011)
  • Les fondamentaux du design textile de Alex Russell (2013)
  • Le Roman de Julie Papineau; La Tourmente (T01) de Micheline Lachance (1995)
  • Polina de Bastien Vivès(2011)
  • Habibi (2011)
  • Les rois maudits, tome 6: Le Lis et le Lion de Maurice Duron (1960)
  • Les Rois maudits, tome 5 : La louve de France de Maurice Duron (1959)
  • Les Rois maudits, tome 4 : La Loi des Mâles de Maurice Duron  (1957)
  • Les Rois maudits, tome 3 : Les Poisons de la couronne de Maurice Duron (1956)
  • Le matou de Yves Beauchemin (1981)

**Score 2013**

14 lus

**Lectures 2012** (↑)

**Score 2012**

21 lus

**Lectures 2011** (↑)

  • Magasin général, Tome 7 : Charleston de Tripp et Loisel (2011)
  • J’aurais adoré être ethnologue par Margaux Motin (2009)
  • Cadavre Exquis de Pénélope Bagieu (2010)
  • The Ripple Effect: The Fate of Freshwater in the Twenty-First Century by Alex Prud’homme (2011)
  • Chi, une vie de chat, Tome 6 par Konami Kanata (2011)
  • Couture Sewing Techniques by Claire B. Shaeffer (New edition, 2011)
  • Tuesdays with Morrie: An Old Man, a Young Man and Life’s Greatest Lesson by Mitch Albom (1992) / La dernière leçon – Comment un vieil homme m’a redonné le goût de vivre
  • Magasin général, Tome 5 : Montréal de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (2009)
  • Les Envahissants : Le gros, la pute et le sergent de Maloup et Marie Voyelle (2010)
  • East of Eden by John Steinbeck (1952) / A l’est d’Eden
  • Chi, une vie de chat, Tome 5 : Chi’s Sweet Home de Konami Kanata (2011)
  • Les Thanatonautes de Bernard Werber (1992)
  • Magasin général, Tome 4 : Confessions de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (2008)
  • Magasin général, Tome 3 : Les Hommes Serge de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (2007)
  • Chi, une vie de chat, Tome 4 : de Konami Kanata (2011)
  • L’Invention de la ville occidentale (2008)
  • Les femmes en blanc de Raoul Cauvin (1986)
  • Shä & Salomé : Jours de pluie de Anne Montel et Loic Clément (2011)
  • Chi, une vie de chat, Tome 3 de Konami Kanata (2006)
  • Crisis Economics: A Crash Course in the Future of Finance by Nouriel Roubini (2011)Economie de crise: une introduction à la finance du futur
  • Magasin général, Tome 2 : Serge de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (2006)
  • Chi, une vie de chat, Tome 2 de Konami Kanata (2011)
  • Chi, une vie de chat, Tome 1 de Konami Kanata (2010)
  • Magasin général, Tome 1 : Marie de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (2006)
  • Un crayon dans le coeur de Laurel (2010)
  • Mon gras et moi de Gally (2010)
  • What You Need to Know About Business by Roger Trapp (2010)
  • The New Rules of Marketing and PR: How to Use Social Media, Blogs, News Releases, Online Video, and Viral Marketing to Reach Buyers Directly by David Meerman Scott (2010)
  • The Future Of The Wild: Radical Conservation For A Crowded World by Jonathan S. Adams (2007)
  • Robert Doisneau (anglais – français – allemand) par Jean-Claude Gautrand (2003) / Taschen
  • Les théories de la couleur par Paul Zelanski et Mary Pat Fisher (2006)
  • Eating Animals by Jonathan Safran Foer (2010) / Faut-il manger les animaux ?Acheté après avoir lu la critique chez Cachemire et Soie. Fait à noter: Il y a une énorme différence de prix entre la version française et l’anglaise.
  • Un trader ne meurt jamais de Marc Fiorentino (2010)
    Avec la crise économique (très prévisible) qui nous a fouetté de plein fouet, les gens se sont mis à subitement s’intéresser aux banques mais surtout aux traders. Mark Fiorentino a surfé sur la vague en publiant un roman sur le retour d’un trader au trading.
    Le style d’écriture de Fiorentino est percutant, des phrases courtes qui s’enchaînent comme des rafales de mitraillette. Par contre, on s’aperçoit rapidement que c’est sont premier roman car les personnages ne sont pas approfondis et l’énigme repose sur de grosses ficelles. A que cela ne tienne, le roman est toutefois agréable à lire grâce à ses chapitres courts … une lecture idéale pour les transports ou la plage !
  • One Flew Over the Cuckoo’s Nest by Ken Kesey (1962) / Vol au-dessus d’un nid de coucou
    La lecture de The Electric Kool-Aid Acid Test écrit par Tom Wolfe chroniquant l’odyssée de Ken Kesey à travers les Etats-Unis avec ses acolytes, les Merry Pranksters, une joyeuse bande de beatniks m’avait donné envie de lire classique contemporain.Je dois avouer que j’ai été déçue par ce livre, car il ne se compare pas avantageusement avec le film éponyme dont Jack Nicholson était la vedette. Ce qui m’a déplu dans le livre c’est la façon dont Kesey décrit ses personnages noirs qui sont ni plus ni moins que des bestiaux. J’admets que l’époque pendant laquelle ce livre a été écrit la ségrégation était toujours d’actualité aux Etats-Unis, cependant je m’attendais à moins de préjugés raciaux de la part d’un écrivain qui fait partie des personnalités phares des beatniks, un mouvement révolutionnaire je le rappelle.Bien que le cheminement psychologique du chef Bromden soit fascinant, les préjugés racistes récurrents m’ont dérangée dans ma lecture.
  • Joséphine I / Joséphine II par Pénélope Bagieu (Éditions de poche)
    Joséphine est mince, mais a des grosses fesses ; elle a une bonne situation professionnelle, mais c’est galère dans sa vie personnelle. Autant dire qu’elle n’est pas à une contradiction près et c’est ce qui fait tout le charme de Joséphine, l’héroïne dessinée de Pénélope Bagieu du blog « Ma vie est tout à fait fascinante ».J’ai beaucoup aimé le fait que cette BD soit offerte en format de proche car ça permet de l’apporter partout et de la déguster tranquillement. Ce n’est pas de la grande BD mais c’est une série divertissante qui a le mérite de se distinguer clairement du blog de Pénélope.
  • A Little History of the World by E.H. Gombrich (1935 rev. 2005)
    Et si grand-papa nous racontait l’histoire du monde ? Si au début le ton paternaliste du livre est déstabilisant, on s’y habitue rapidement et ça devient même attachant.Gombrich a réussi à condenser l’histoire de la civilisation occidentale et dans une moindre part celle des autres civilisations en 304 pages. Ce tour de force ne permet pas de s’engager des explications exhaustives ou particulièrement nuancées ; sauf que ça permet de se remémorer des choses que nous avons apprises il y a déjà plusieurs années.En plus l’édition avec des petits dessins que j’ai achetée était assez jolie. C’est une bonne lecture intelligente sans être savante. Ca fait aussi un beau cadeau pour les préados férus de culture et d’histoire !
  • The World According to Garp by John Irving (1978) / Le Monde selon Garp
    Alors que j’ai fait une liste de 15 auteurs, j’avais listé John Irving. Zhu m’avait écrit qu’elle avait aimé ce livre qui est le quatrième de l’auteur.Dans ce roman John Irving renoue avec plusieurs de ses thèmes fétiches comme la lutte, le triolisme, Vienne, la Nouvelle-Angleterre et les prostituées. T.S. Garp naît d’une mère infirmière, Jenny Fields, qui refusait catégoriquement d’avoir une relation avec homme mais dont le désir d’enfant est très fort.  Ce désir la pousse à utiliser son patient, le Technical Sergeant Garp, comme géniteur de son enfant à venir.Quand Garp naît, Jenny se trouve un poste à l’académie Steering. Il y passe toute sa scolarité pendant laquelle il fait toutes ses expériences d’adolescent.  Pas particulièrement doué à l’école, il se démarque cependant dans la lutte et en écriture.Jenny décide de partir à Vienne avec Garp afin qu’il puisse y écrire. Cependant, Garp visite les putes beaucoup plus qu’il n’écrit. Jenny, quant à elle, décide de coucher sur le papier ses idées et surtout comment elle a conçu Garp. A leur retour aux Etats-Unis, le livre de Jenny remportera beaucoup de succès et elle deviendra une figure de proue du féminisme américain.Quant à lui, Garp, rencontrera un succès moyen en tant qu’écrivain et s’acharnera s’occuper de ses fils. Cependant, comme c’est un roman d’Irving la fatalité risque de s’en mêler …C’est un roman agréable à lire et qu’on a envie de garder dans son sac à main pour l’ouvrir dès qu’on a quelques minutes. Il faut dire que le roman est particulièrement bien écrit, Irving a une façon de nous faire voyager à travers le temps tout en restant cohérent. Les portraits psychologiques de ses personnages sont très développés, ce qui nous permet de ressentir une certaine intimité avec les évènements. Je dois avouer par contre que ses thèmes me fatiguent et c’est sûrement pour cette raison que je continue à préférer l’œuvre de dieu, la part du diable où, à mon avis, il s’est plus éloigné de ses habitudes.
  • The Handmaid’s Tale by Margaret Atwood (1985) / La servante écarlateJ’ai lu mon premier livre de Atwood en 2010 grâce à The Book Travellers et vu que j’ai aimé, j’en essaie un autre!

 

Les Etats-Unis sont devenus une théocratie totalitaire où les femmes doivent procréer afin de compenser les pertes subies par les guerres et les purges. Offred fait partie des  femmes choisies pour servir de concubine porteuse d’enfant pour les hauts gradés du régime. Malgré tous les efforts d’endoctrinement et de destruction du passé du régime, Offred se souvient de façon intermittente ce qu’il y avait avant. Et sa fille qu’en est-il devenu ? Puis, elle retourne vaquer à ses occupations quotidiennes.

Sont commandant, lui propose un jour de braver les limites de leur relation pourtant très codifier. Au même moment, elle rejoint un mouvement subversif et plus elle s’éloigne du contrôle du régime, plus ses souvenirs de sa vie d’avant lui reviennent…

J’admire beaucoup la façon d’écrire de Margaret Atwood car elle mélange le passé et le présent afin de laisser le plaisir au lecteur de découvrir lentement toutes les subtilités de l’histoire. C’est un roman que j’ai dévoré car on se demande toujours ou va aller l’histoire.

 

  • El juego del angel de Carlos Ruiz Zafón (2008) / Le jeu de l’angeCe livre fait se déroule avant le premier tome, L’ombre du vent (La sobra del viento).Dans la Barcelone de 1920, David Matin est un aspirant auteur qui obtient la chance de sa vie lorsque son chef de pupitre, Don Pedro,  lui propose la rédaction d’un feuilleton pour le journal local. Ses histoires occultes et mystérieuses plaisent tellement qu’il se fait offrir un contrat d’édition qu’il accepte naïvement.Cependant, la cadence exigée par ses éditeurs est infernale et David n’est plus l’ombre de lui-même, ni dans la vie ni dans ses romans. A bout, il convainc ses éditeurs de lui accorder une pause afin qu’il écrive le roman dont il a toujours rêvé.  En même temps, il entreprend la réécriture du roman de Don Pedro. Alors que les deux romans sortent le même jour, celui de Don Pedro est encensé alors que celui de David passe inaperçu.David retourne travailler pour ses éditeurs véreux la mort dans l’âme jusqu’à ce que André Carelli, un mystérieux éditeur français lui fasse une proposition difficile à refuser et fasse basculer sa vie dans l’occulte et le mystère …J’ai été franchement déçue par ce roman. Lors de ma lecture, j’ai eu l’impression que Carlos Ruiz Zafón faisait simplement du remplissage comme s’il avait étiré la recette de ses précédents romans sur 600 pages. Malheureusement, il ne suffit pas de vouloir écrire un Bestseller pour écrire un bon livre et Le jeu de l’ange en est la preuve.
  • Into Thin Air: A Personal Account of the Mt. Everest Disaster by Jon Krakauer (1999) / Tragédie à l’Everest

 

Acheté après avoir lu un billet de Patrick Lagacé sur le fait que le mont Everest est devenu un cimetière à ciel ouvert et visité les liens qu’il proposait. (Attention aux personnes sensibles, les images peuvent être explicites)

Mon avis sur tragédie à l’Everest

  • Walks Through Lost Paris: A Journey into the Heart of Historic Paris (2006) / Promenades dans le Paris Disparu

**Score 2011**

41 lus

 

**Lectures 2010** (↓)

  • Une goutte dans la mer par Alla AvilovaL’histoire d’une jeune fille qui a grandit sous le régime communiste en ex-URSS. L’intérêt de ce livre est surtout de voir comment la propagande peut influencer les enfants.
  • Le Chat du Rabbin l’Intégrale, Tome 1 par Joann Sfar (2008) Une jolie bande dessinée qui met en scène le chat parlant du rabbin. C’est une histoire tout en tendresse qui se construit autour de la religion juive.Les dessins sont très jolis et nous laissent plonger dans une atmosphère nord-africaine.
  • Naître ennemi : Les enfants de couples franco-allemands nés pendant la Seconde Guerre mondiale par Fabrice Virgili (2009)Ce livre propose un regard intime sur les relations entre des allemands et des français durant la deuxième guerre mondiale.  Il est très intéressant de connaître les difficultés rencontrées par les couples mixtes et leurs enfants. Explique aussi la place de la femme sous le régime de Vichy.
  • 84, Charing Cross Road par Helene Hanff (2003) / Version anglaiseÉchange de correspondance entre une américaine et un libraire anglais. J’ai fait l’erreur d’acheter la version traduite, si vous lisez l’anglais, je suis centaine que la version anglaise est plus agréable à lire.
  • Malibu Diary : Notes from an Urban Refugee par Penelope Grenoble O’Malley (2004) Un livre très bien écrit sur la ville de Malibu et ses politiques urbaines. Un des thèmes récurrents du livre est l’opposition entre la nature et la ville.
  • La Révolte des accents par Erik Orsenna (2008) Les accents et les épices se révoltent et quitte l’île où l’héroïne habite. Jeanne partira jusqu’en Inde pour les récupérer. En somme, pas terrible, surtout pour un académicien, mais pourrait plaire à un public de préadolescents.
  • Naissance des fantômes par Marie Darrieussecq (1999) Son mari sort pour aller acheter une baguette et il ne revient pas, ni le soir même, ni le lendemain, … s’en suit une attente interminable. La narratrice finit par perdre pied et tombe dans un abîme rempli de doutes et de tristesse.Un bon livre, par contre il y a des longueurs.Suggéré par Pia de Book Travellers Inc.
  • Comme tous les après-midi par Zoyâ Pirzâd (2007) Petit recueil de nouvelles très agréable à lire, je dirais même idéal en tant que lecture d’été. On y trouve différents tableaux de la vie des femmes iraniennes. Les nouvelles sont courtes et percutantes comme des haïkus.Trouvé sur Bribes Iraniennes.
  • Post Office by Charles Bukowski (2009)C’est le premier roman publié par Bukowski et on y retrouve plusieurs thèmes récurrents de son œuvre. C’est un auteur dont j’adore l’écriture qui m’aspire dès les premiers mots dans ses histoires.
  • As I Lay Dying by William Faulkner (1991)Treize narrateurs et un cercueil au cœur du sud des États-Unis au début du 20e siècle. Il est difficile au début de se retrouver à travers tous ces personnages à qui on n’a pas été présenté mais après quelques chapitres je me suis glissée dans cette histoire disjointe. J’ai beaucoup aimé le fait que ce roman nous transporte dans le vieux sud rural en pleine dépression économique.À relire !
  • Paris gratuit par Diania Béraid et Aurelia Hermange (2010)Plein de bonnes idées, par contre beaucoup d’activités dans les bars où on sait qu’on risque de se laisser tenter par des consommations … payantes !
  • Histoire de France par Jacques Bainville (2007) Je ne sais pas si je le terminerais un jour, l’écriture de Bainville est insupportablement portée par des élans nationalistes qui n’ont aucun fondement historique.
  • Beautiful Losers par Leonard Cohen (1993) Un livre que j’ai adoré, pas pour l’histoire, qui est quasi-inexistante, mais pour l’incroyable musicalité de l’écriture de Cohen que je connaissais plutôt comme chanteur. En plus, il y a certains passages vraiment marrants !
  • Dirty Water: One Man’s Fight to Clean Up One of the World’s Most Polluted Bays by Bill Shapsteen (2010)Il est difficile de croire que dans les années 1980 nous n’avions pas de connaissances environnementales très développées. C’est ainsi que la ville de Los Angeles a déchargé dans l’océan le contenu de ses égouts pendant de très longues années. Ce livre raconte l’histoire des environnementalistes qui ont combattu pendant plus de 20 ans afin qu’un traitement complet soit accordé aux eaux relâchées dans la Baie de Santa Monica. Il est particulièrement intéressant de se faire raconter les guerres intestines entre les différents protagonistes. Shapsteen est aussi un excellent photographe dont les portraits apportent un peu de caractère au livre.
  • Agrippine, Tome 8 : Agrippine déconfite par Claire Bretécher (2009) Je ne suis pas une fan inconditionnelle de la série, mais j’aime bien. Pourtant ce volume m’a déçu car je trouve le style de Bretécher plus percutant quand elle s’en tient à de courtes histoires. De plus, j’ai l’impression qu’elle a beurré un peu trop gras avec d’argot en plus d’écrire souvent en phonétique ce qui ne rend pas la lecture aisée.
  • Inédits par Claire Bretécher (2007) Mieux que le tome 8 d’Agrippine, mais tellement peu mémorable que j’ai dû le lire jusqu’à la moitié pour enfin m’apercevoir que je l’avais déjà lu l’année passée !
  • Mélusine, Tome 1 : Sortilèges par Clarke et Gilson (1995) J’aime bien cette sorcière pleine d’humour. Ce n’est rien de fantastique mais idéal pour la détente avec un mojito quand il fait plus de 35 degrés dans l’appartement.
  • La traversée des sentiments par Michel Tremblay (2010)Je suis déçue mais je n’ai pas du tout accroché à ce roman qui se veut le troisième tome de la saga des Desrosiers. J’ai trouvé ce volet beaucoup moins fort que les deux premiers, l’action y étant plus lente et, franchement, il est moins bien écrit. Dans le dernier chapitre, Tremblay offre quelques pages de son prochain roman «Josaphat-le-violon», ça m’a insupporté au point que je suis certaine de ne pas l’acheter lorsqu’il paraitra.
  • Wild Daisies in the Sand: Life in a Canadian Internment Camp par Tom Sando (2003)Un petit livre qui en dit beaucoup sur cet épisode secret de l’histoire canadienne. Saviez-vous que le Canada a interné des citoyens canadiens d’origine étrangère durant la deuxième guerre mondiale? Bien que le gouvernement canadien ait présenté des excuses officielles aux victimes, il y a très peu d’information sur ce pan de notre histoire. Le livre de Tom Sando, un canado-japonnais, est intéressant car il permet une vision très personelle de son internement.
  • Deluxe: How Luxury Lost Its Luster by Dana Thomas (2008)Ce qui s’annonçait au début comme un sujet très léger s’est révélé être une étude en profondeur du luxe et de ses dérives corporatives. Thomas explique comment les maisons de luxe qui ont débutées en tant que petits ateliers de luxe sont devenues des marques globales. Pour engranger toujours plus de profits pour les actionnaires ces marques produisent industriellement leurs produits et se sont attaqués au marché de la classe moyenne avec des accessoires à prix moindre. Seule quelques maisons ont échappé à cette dérive commerciale, Hermès et Christian Leboutin étant deux d’entre elles.Un livre bien écrit et clair qui permet de voir la transformation du luxe en marques globales.
  • A Guide to Elegance: For Every Woman Who Wants to Be Well and Properly Dressed on All Occasions by Genevieve Antoine-Dariaux (2004)Ah le charme des conseils surannés! Ce livre est tout de même agréable à lire pour sa langue coquette et pour obtenir des conseils que ma mère ne m’a jamais prodigués.
  • Alias Grace by Margaret Atwood (1997)J’ai enfin lu un roman de la plus grande auteure Canadienne, Margaret Atwood. J’ai apprécié ce roman,  Atwood construit ses personnages de façon si fine que c’est passionnants de les voir se dévoiler au fur et à mesure de l’histoire.Il faut dire que l’histoire est particulièrement intéressant, elle est centrée sur Grace Marks une meurtrière qui avait été condamnée à mort en 1843en Ontario. Figure énigmatique, beaucoup se sont portés à la défense de Marks et sa condamnation a été commuté en peine de prison à vie. Atwoods a construit une fiction à partir de se personnage autour de faits véridiques.Je n’ai accroché réellement qu’à partir du deuxième chapitre mais après je suis devenue accro ! Une lecture agréable et divertissante idéale pour les vacances.Acheté après avoir lu ce billet sur Booktravellers
  • How to Be a Canadian by Will & Ian Ferguson (2001)H-I-L-A-R-A-N-T! Ce livre est comme une grosse Inside Joke canadienne. La lecture de ce livre m’a apporté beaucoup de plaisir car il était impossible de ne pas esquisser au moins un sourire à chaque page. Pour canadiens de coeur seulement.
  • Aya de Yopougon, Tome 1 par Maguerite Abouet et Clément Oubrerie (2005)Une jolie BD qui relate la vie mouvementée de jeunes femme ivoiriennes. J’ai beaucoup aimé les dessins et leurs couleurs chaudes envoûtantes.   Reste à espérer une autre carte cadeau FNAC pour Noël afin d’acheter les autres tomes!
  • Comment se faire des amis par Dale Carnegie (1936) / How to win friends and influence peopleJe crois que le titre n’est pas tout à fait adapté mais ça serait difficile d’en trouver un plus approprié. En fait ce livre aide surtout à se rendre plus agréable aux gens qui nous entoure. Cependant, il faut savoir que Carnegie parle beaucoup des relations industrielle car il faisait surtout des séminaires pour les hommes d’affaire. Pourtant, ça reste une bonne lecture et pour ma part j’applique les conseils et ça fonctionne très bien.
  • Diccionario esencial de la lengua española par Larousse (1994)Acheté pour aider ma lecture du dernier de Zafón. J’ai acheté un dictionnaire espagnol unilingue afin de pouvoir progresser dans ma compréhension du vocabulaire et de mieux situer les mots dans leur signification culturelle.

**Score 2010**

25 lus

** Mes classiques **

** Décharge **

Boeingbleudemer.com participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.

Ces liens sont transparents pour l’acheteur et n’augmentent pas le prix payé sur ce site web. Par ailleurs Amazon ne me transmet aucune information personnelle quant à l’acheteur.